Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Vincent Duluc


Interview exclusive Foutebol : Journaliste football pour l’Équipe et l’Équipe TV


Vincent Duluc
.





Avant d'arriver à l’Équipe tu as commencé au Progrès, à Lyon, bon tremplin ?

Vincent Duluc
- "Je sais pas si c'est un bon tremplin, mais une super période de ma vie, en tout cas. Bon apprentissage. Bosser dans sa ville, c'est vraiment différent, un peu mon école à moi. Faut apprendre quelque part ; soit à l'école soit sur le tas."



On te décrit un peu "styliste" dans le monde journalistique : satisfait ou remboursé ?

Vincent Duluc
- "J'ai toujours été très sensible au style, d'abord en tant que lecteur. Admiratif des grands anciens de l’Équipe : Gérard Ernault, Denis Lalanne, Johnny Rives (ndlr : big up !). Bon, ça ne doit plus être très important aujourd'hui, on a changé d'époque, de culture... Est-ce que c'est encore important ? Je n'en sais rien."



Est-ce que le web peut un jour prendre le pas sur le print ?

Vincent Duluc
- "J'espère que non. Bon, ça grignote une partie de notre lectorat, c'est inévitable. Le support change, pour le moment c'est un peu un complément. Équilibre difficile à trouver."



On te sait fan de basket et notamment de NBA, depuis toujours ?

Vincent Duluc
- "Oui, oui, c'est lié à mon enfance. J'ai toujours suivi Bourg en Bresse. J'aime beaucoup l'ASVEL mais difficile d'une année sur l'autre de lui trouver une continuité. Je regrette beaucoup que la Pro A soit devenue quasi invisible, limite incolore. Les gens s'en désintéressent de plus en plus."



Un peu comme le foot ?

Vincent Duluc
- "Oui. L'Euroligue, basket très défensif, que l'on retrouve en LDC. En NBA, un comportement bien plus individuel que l'on peut retrouver avec les stars du foot. Les footeux sont mieux entourés quand même. 60 à 65% des joueurs NBA finissent endettés 5 ans après leur carrière : ce qu'on ne retrouve pas, ou très peu, dans le foutebol."



Une journée de Vincent Duluc au coeur de l'événement ?

Vincent Duluc
- "Je mets la clim, la musique le matin, p'tit dèj, les nouvelles sur le web, ensuite : conf de presse vers 11h. Et puis bon, écrire un peu tout de même (rires). Je ne verrai que deux matchs puisqu'on reste à Donesk. Pas de bus, bien trop long."



Ton couple va résister à cette cascade de matchs ?

Vincent Duluc
- "Assez optimiste sur les conséquences de ce 5e Euro, sans parler des 7 précédentes Coupe du Monde : 12 phases finales quoi ! On voyage plus sereinement."



Quelle tunique cet été sur le vieux port de La Rochelle ?

Vincent Duluc
- "Je vais au Francofolies et je mets un maillot ? C'est ça ? XXXL, pas toujours le choix. Avec des rayures verticales et plutôt noir. Histoire d'affiner."



Un prono pour la finale de l'édition 2012 ?

Vincent Duluc
- "Allemagne - Pays-Bas. Pas l'Espagne."



Comment y vois-tu figurer nos amis les Bleus ?

Vincent Duluc
- "Pas si mal. C'est une équipe qui a envie. Il faut simplement que le leader ait une vraie personnalité. Un leader qui verbalise, calme la presse et en accroche un ou deux au porte-manteau (rire ). Là, ça peut très bien se passer."



Une exclu Foutebol ?

Vincent Duluc
- "Le match de la montée de Bourg-Péronnas contre Moulins, à 18h samedi. J'invite les joueurs de Moulins à profiter du soleil, qu'ils laissent les copains réservistes jouer un peu. Il faut savoir couper avec le Foutebol : vacances messieurs !"



©SEGUIN/PRESSE SPORTS
©SEGUIN/PRESSE SPORTS

Valentin Texier