Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Van Bommel Mark




Van Bommel est le joueur agaçant par excellence

Van Bommel Mark
Le regarder évoluer sur une pelouse horripile au plus au point.

Il faut dire que, pendant les 90 minutes qu'il reste sur le terrain (lorsqu'il n'est pas expulsé avant), il prend un malin plaisir à faire tout ce qui est prohibé :
  • tacler les deux pieds en avant,
  • accrocher le maillot,
  • donner des coups,
  • provoquer,
  • mettre des semelles,
  • crever les yeux,
  • jouer des coudes,
  • railler,
  • frictionner les chevilles,
  • crever les yeux,
  • insulter,
  • écraser les pieds.
J'en passe et des pires.

Si l'on fait exception des clubs où il sévit, Van Bommel dispose, partout ailleurs, d'un capital détestation exceptionnel.

Pourtant, il faut admettre, la mort dans l'âme, que cette teigne a son utilité. Schématiquement (car les choses sont un peu plus nuancées) une équipe est constituée de joueurs à vocation offensive qui créent du jeu et de joueurs à vocation défensive qui s'emploient à détruire le jeu adverse.

Il faut donc des esthètes style Van Bommel, Pepe ou De Jong pour se coltiner les tâches ingrates et justifier l'existence des pourpres biscottes.

A l'instar du monde, le football serait binaire, constitué de beauté et de laideur, de gentillesse et de malveillance.


En fait, Van Poète n'a pas choisi d'accomplir les basses besognes.

C'est dame nature qui lui a imposé ce rôle ingrat en ne lui accordant pas les qualités nécessaires pour être Johan Cruijff ou Dennis Bergkamp. On peut rêver devenir un prince charmant et n'être qu'un ogre batave. Pourtant, même si c'est difficile à imaginer, il y a probablement un petit cœur qui bat dans cette crevure de Van Bommel.

Dites vous que c'est peut-être un très gentil garçon qui promène sa vieille mémé paralytique au parc zoologique le dimanche, fait traverser les aveugles au passage clouté, offre des chocolats à sa concierge et des tulipes à sa tante Gertruida.

Pire, ce barbare des pelouses a probablement des chérubins qu'il couvre de baisers sucrés et une blonde qu'il caresse avec tendresse.

Doux comme un agneau Van Bonbon !

Je me suis même laissé dire que notre Viking se laisserait un peu mener par le bout du nez par son épouse.

Ça reste entre nous mais il semblerait que chez les Van Bommel, monsieur porte le short et madame la culotte !

Van Bommel Mark

Titus