Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Valenciennes - PSG vu des tribunes


Foutebol te fait vivre en exclusivité tous les lundis l'affiche du dimanche soir vue des tribunes par la voix de ses supporters. Aujourd'hui la rencontre entre Valenciennes et le Paris Saint-Germain.


Valenciennes - PSG vu des tribunes
Deuxième déplacement consécutif dans le Nord pour les Parisiens, qui une fois n'est pas coutume, jouent une journée avant leurs rivaux montpelliérains. Les Nordistes, pas encore mathématiquement sauvés, aimeraient faire aussi bien que leurs voisins lillois il y a quinze jours. On y a cru pendant 14 minutes, grâce à une entame de match époustouflante conclue par une avance de deux buts. Mais au terme d'une rencontre de grande qualité, les joueurs de la capitale ont réussi à retourner la situation en leur faveur (3-4).

Red Devils for ever

Red Devils VAFC
Red Devils VAFC
C'était l'ambiance des grands soirs dimanche au stade du Hainaut. Manu, secrétaire de la section des Red Devils, fidèle au poste depuis de longues saisons témoigne. " Tout le monde attendait ce match, face à un des gros du championnat et son équipe de stars. Le public a voulu montrer qu'il était bien présent et que les joueurs pouvaient compter sur lui. Le KOP a très bien fait son boulot. Rien qu'à voir le grand étendard qui a été déployé juste avant le coup d'envoi, on pouvait présager d'une ambiance de folie. Ça a été le cas. On a pu notamment le remarquer quand même menés 4 à 2, les encouragements n'ont pas faibli, ce qui n'était pas forcément le cas lors des derniers matchs."

Des Parisiens venus en nombre

Trois à quatre mille supporters parisiens étaient disséminés dans les tribunes, d'après David, venu de la capitale en voiture en compagnie de trois amis. " Pas facile d'avancer un chiffre exact, car si le parcage visiteur n'était pas rempli, on a pu se rendre compte après chaque but de Paris, qu'on était plusieurs milliers. Quatre ou cinq à coup sûr. Le déplacement n'est pas très long, et à trois journées de la fin quand on joue le titre, on n'a pas le droit de lâcher son club. Les joueurs l'ont senti quand ils sont venus nous saluer à la fin. Car hier soir, il fallait pouvoir répondre à la grosse ferveur valenciennoise. C'est la première fois que je vois ça contre Paris."


Entame parfaite

Au cours d'une confrontation de grande envergure, on a cru un instant que les Nordistes allaient créer la surprise. " Qui a réussi à mener 2 à 0 contre le PSG cette saison, poursuit Manu ? Pas grand monde à mon avis." On le confirme. " On a réalisé une entame parfaite. Seulement une erreur de Mater arrivée beaucoup trot tôt, a remis les Parisiens en selle. Et contre ce genre d'équipe ça ne pardonne pas. C'est dur de lutter contre la puissance offensive du PSG et son trio Pastore, Nene et Menez. Ce dernier est celui qui m'a le plus impressionné. Même s'ils restent de bons joueurs, il eclipse Nene et Pastore. Chez nous, Aboubakar est concerné sur les trois buts. Mais Danic et surtout le retour de Carlos Sanchez nous ont fait beaucoup de bien. On est quand même forcément déçus. Pas par la qualité du jeu proposé, car je crois que si on est capable de la reproduire, il ne nous arrivera rien. Mais on a senti qu'il y avait quand même la place pour prendre un petit quelque chose. Un point aurait déjà été très bien. Désormais on sait ce qu'il nous reste à faire. Mais pour nous supporters, on aimerait bien être fixés sur notre sort avant la dernière journée. On risque d'être encore sous tension comme la saison dernière. La fête n'en serait que plus belle. Mais ce n'est pas fini. On va guetter les résultats de ce soir."

Paris est magique

David, voix éteinte, savourait son bonheur. " Ce soir Paris a été magique. Et pourtant, jamais de la saison on a réalisé une si mauvaise entame. C'est vrai que l'erreur du défenseur de Valenciennes nous permet de nous remettre sur les bons rails plus tôt que prévu. Mais là, on a vu des Parisiens avec un gros mental. Tout le monde s'est battu et n'a jamais rien lâché. D'ailleurs ce n'est pas un hasard si des joueurs comme Maxwell et Matuidi qui ne sont pas attaquants, ont marqué. Sirigu qui d'habitude nous sauve des matchs, a été un peu moins bien. Comme quoi Paris a montré qu'il n'est pas qu'une somme d'individualités. La solidarité et le collectif, ont fait la différence au travers de notre talent offensif. Mais il faut féliciter Valenciennes. Car pour réaliser un grand match il faut être deux. Et dimanche soir, je pense qu'on a assisté à une rencontre de haut niveau. De plus, on prend provisoirement la tête du classement, et c'est psychologiquement très important."

Rendez-vous lundi prochain pour un nouveau vu des tribunes >