Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Top 16 : bonne ou mauvaise idée ?



Certes, nos entraineurs hexagonaux sont loin d’être les plus audacieux de la planète football mais ont-ils les moyens de leurs ambitions ? Et réduire le nombre de clubs ne reviendrait-il pas à faire place nette aux chantres du « Tout Argent » ?
Si les milliardaires se bousculent en Angleterre pour s’offrir leur équipe, pendant ce temps, notre championnat ronronne et, pour dire la vérité, souvent, nous ennuie. Sur ces questions économiques, il fallait une réponse économique.

Le rugby Français a relancé la compétitivité de ses clubs avec le Top 14. Faudrait-il envisager la même chose pour notre championnat ?

Il n’est pas démontré que la réduction du nombre de clubs ait rendu le rugby français plus compétitif. Nous prenons régulièrement des corrections contre les nations du sud et parfois même contre nos amis britanniques. Pour le football, Anglais, Espagnols et Italiens sont aussi à 20 clubs…Cela n’empêche pas les Anglais d’avoir un championnat haletant et les Espagnols d’être champions du monde. Pour moi, cela suffit à démontrer que la compétitivité n’est pas liée à la concentration de l’élite.



Le passage au Top 16 aurait une première conséquence et non des moindres : sacrifier les petits clubs qui, pour certains d'entre eux, fournissent des futurs grands joueurs (ex : Sochaux)

Stupide ! On touche là à l’essence même du sport ! Que les petits clubs forment ou pas de grands joueurs n’est pas la question. C’est le terrain et les résultats qui déterminent la composition de l’élite. Un point c’est tout ! Je pense que c’est dans cet esprit que Michel Platini a modifié les règles d’accession à la Champions League en protégeant un peu plus les champions des « petits pays »… Encore une fois, Michel montre la voie à suivre ! Ou alors, on monte une boite de spectacle et on organise un championnat sur invitation…mais c’est du spectacle…pas du football !



Tout de même, sans vouloir être méchant, certains clubs comme Grenoble ou Arles ont-ils leur place dans un championnat « élite » vu qu'ils ne proposent rien en termes de football et en termes de formation ?

Je crois que la réponse à la question précédente est assez claire. Si ces clubs ont gagné leur ticket pour l’élite sur le terrain…ils sont, par définition, légitimes. Après, le milieu s’autorégule naturellement : si on ne propose pas de jeu, pas de formation, on disparaît de l’élite tôt ou tard.



En mode Top 16, serions-nous plus compétitifs sur le plan européen ?

Encore une fois, Espagnols, Anglais et Italiens offrent tous une élite à 20 clubs…et ils sont compétitifs ! Pour moi les clés de la compétitivité sont ailleurs : limitation des joueurs étrangers (non à l’arrêt Bosman), fairplay financier (non à l’utilisation du football pour blanchir des montagnes d’argent sale), harmonisation de la fiscalité sur les revenus, voire instauration d’un salary cap (sur le salaire net). Dans un marché ouvert, les règles doivent être communes, et le sport n’est pas une activité économique comme une autre.



Un Top 16 permettrait-il aux grands clubs d'être plus performant et surtout d'attirer de nouveaux sponsors ?

Foutaise ! Pourquoi passer de 20 à 18 voire 16 clubs aurait il un impact sur les sponsors ? Nous ne sommes pas capable de trouver 20 sponsors motivés pour investir massivement…et on pense qu’on en trouvera 16 ? Il y a beaucoup plus de 20 entreprises susceptibles de s’impliquer dans le football en France. Que cherchent elles ? Un maximum d’exposition médiatique et une bonne adéquation entre leur marque ou leur entreprise et les valeurs du sport, du club ou du joueur.
Demandez aux partenaires de l’équipe de France à la coupe du monde si la réduction de l’élite aura un impact sur leur prochain budget sponsoring ? Demandez à Quick combien leur a coûté l’annulation de leur « campagne Anelka » etc, etc… Pour attirer des partenaires, il faut offrir ce qu’ils recherchent : exemplarité des valeurs véhiculées par le sport. Quelle est la différence entre un joueur de foot et un cul de bus ou une affiche 4 par 3 ? On peut s’identifier au joueur ou au sport… Mais c’est aussi plus risqué quand on passe du héros de 98 au fiasco Sud Africain ! Pour attirer les sponsors il faut que l’on ait envie de s’identifier : fairplay financier, éthique irréprochable et exemplarité des comportements individuels, telle est la réponse !



Cette réflexion globale doit elle s'appuyer sur une Ligue forte alors que pour le moment, le "barrage" est fait par le monde amateur qui défend précisément ses petits clubs ?

Plus précisément, nous avons besoin d’une vision claire et de forts pouvoirs pour réussir à l’appliquer. UEFA, Ligue et Fédération doivent tous œuvrer pour plaider pour l’exception football… Ils doivent également être sans pitié pour restaurer l’exemplarité dans les comportements de tous les acteurs. (joueurs, entraîneurs, présidents).



Avons nous le droit, au nom du "toujours plus, toujours mieux" de sacrifier certaines régions de France comme les Ardennes par ex ?

Encore une fois, on ne doit ni défendre ni défavoriser les gros ou les petits, les Ardennes ou la Bretagne…Il faut tout simplement appliquer les règlements avec l’esprit du sport. On gagne sa place dans l’élite par ses résultats sur le terrain !




Au final, que proposez vous ?

© Serhiy Kyrychenko
© Serhiy Kyrychenko
Le football n’est pas un business comme les autres. Plus de régulation, des règles européennes juste pour tous, pour une concurrence saine et équitable, plus d’éthique dans la gouvernance, plus d’exemplarité dans les comportements individuels… Somme toute des thèmes politiques pas spécifiques au football et bien dans l’air du temps !

FRED PROUT