Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Ruud Gullit au chômage


L'ex "Tulipe noire" n'entraînera plus le Terek Grozny. Ainsi en a décidé le très controversé président Ramzan Kadyrov.


Ruud Gullit - Wikimedia - Gaurang Patkar - CC
Ruud Gullit - Wikimedia - Gaurang Patkar - CC
Bon, tu vas pas m'la faire, que l'ex-ballon d'or 1987 soit viré d'un club tchétchène dont tout le monde se fout, ça t'fait une belle jambe. Mais le club en question, c'est celui dont le président est également celui de la république tchétchène, Ramzan Kadyrov, plus connu pour son appartenance aux mafias et reliés à certains crimes politiques que pour sa science du ballon rond. Le techncien néerlandais avait un ultimatum jusqu'à mardi soir. A savoir ramener les trois points d 'un déplacement à Perm. Or l'équipe de Gullit s'est inclinée sur le score d'un but à zéro, scellant définitivement le sort du géant aux dreadlocks.

Jugé trop fêtard !!

Au delà d'un classement jugé bien en deça des objectifs du club (14ème sur 16 à la 13ème journée), le motif de licenciement retenu du technicien batave, est qu'il préfère fréquenter les bars et boîtes de nuit plutôt que diriger son équipe.! Ah bon ? Parce que lorsqu'il entraînait Chelsea, Ruud, il allait à la messe ? Déjà, joueur, Gullit revendiquait farouchement son engagement politique (notamment contre l'apartheid), n'hésitant pas à dédier son ballon d'or à Nelson Mandela, alors toujours emprisonné. Il fut le nouveau chef de file d'une génération néerlandaise aussi douée footballistiquement qu'elle avait les idées bien établies.

Le danger des "nouveaux riches"

En tous cas voilà une affaire, même si les causes et conséquences seront suffisamment étouffées pour ne pas faire d'esclandres, qui fait resurgir sur le devant de la scène le président tchétchène. Car il s'agit bien du même qui a, il y a quelques semaines, arrosé à coup de chéquos et autres cadeaux brillants, une pléiade de stars pour venir inaugurer son nouveau stade. Notre Alain Boghossian national, peut-être naÏf sur le coup, mais le poignet néanmoins entouré d'une montre sertie de diamants, en sera quitte pour une convocation devant la Fédé. Non, le réel danger provient de ses "nouveaux riches", propulsés à l'échelle footballistique internationale après l'éclatement de l'URSS, dont on se doute (malheureusement), comment ils ont fait fortune...

Serguei Mamoscovitch