Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Rennes - Lorient vu des tribunes


Foutebol vous fait vivre tous les lundis l'affiche du dimanche vue des tribunes par la voix des supporters. Première étape au stade de la route de... Lorient, à Rennes qui affrontait... Lorient pour le derby breton.


Imaginez-vous un Saint-Etienne – Lyon qui se jouerait non pas à Geoffroy-Guichard mais au stade de l'avenue de Lyon ? Etonnant, non. Pas pour les Rennais qui accueillaient hier leur voisins Lorientais, au stade de la route de Lorient, donc.

Une visite en voisins cordiaux – 150 km séparent les deux villes – plus qu'un affrontement entre ennemis. « On est toujours bien accueillis à Rennes », explique Chantal Lohezic, présidente des Breizh Tango de Lorient, présente hier au stade avec une soixantaine de membres. « Bon, on se fait chambrer à l'entrée du stade avec des « Vous allez perdre », mais beaucoup de Rennais supportent Lorient quand leur club joue à l'extérieur». L'ennemi, c'est plutôt Brest, que les Merlus visiteront dans deux semaines. « On est toujours mal reçus. Les Ultras ne nous aiment pas », estime Chantal Lohezic. « Peut-être depuis qu'on leur a piqué Mathias Autret », à l'été 2010 avance t-elle.

Galette-saucisse je t'aime

Peut-être. Mais en tout cas, du côté de Rennes, on n'en veut pas au voisin d'avoir subtilisé Arnaud Le Lan. « On n'a pas d'animosité particulière avec Lorient », indique Olivier, vice-président du Roazhon Celtic Kop (RCK, Kop des celtiques de Rennes, en VF). Car l'ennemi se situe bien plus au Sud, et bien plus bas dans la hiérarchie. Il joue en Canari et se nomme Nantes. Une histoire « de suprématie avec le passé et entre clubs de supporters », explique Olivier. Faisant fi de l'inimité, la Bretagne était plus à l'honneur qu'en train de se déchirer, hier. Et pour cause : les supporters rennais, qui comptent « 300 à 350 fidèles et près de 700 sympathisants » selon Olivier fêtaient hier leurs 20 ans. Et ça s'est vu avec un grand tifo de 2200 m² qui a nécessité 400 heures de travail, 63 jours de préparation. « Tous les logos du groupe étaient représentés » précise Olivier qui a offert depuis leur tribune Ouest France Mordelles une belle entrée et une atmosphère de kermesse bretonne au derby, avec une playlist comprenant évidemment le hit local, « Galette-saucisse je t'aime ». Un travail apprécié du côté lorientais. «Un beau tifo », salue Chantal Lohezic.

« On a un bon classement, c'est pas grave »

Côté terrain aussi Chantal la joue fair-play, même si évidemment perdre 2-0 chez un concurrent, qui plus est régional, ça ne soulève jamais l'enthousiasme. « On prend deux buts bêtes. Rennes était plus physique mais pas extraordinaire non plus. On a un bon classement, cette défaite n'est pas non plus grave ».

Olivier, dans le camp des vainqueurs, ne semble pas non plus s'arroger une quelconque suprématie bretonne au travers de cette victoire, « un match à gagner comme les autres. On les a empêché de jouer et on avait un meilleur fond de jeu ». Il est vrai que la rencontre n'a pas convoqué les dieux du football. Mais quelques gestes touchants de clubs familiaux, comme la venue de Benoît Costil et Romain Danzé au local des Roazhon Celtic Kop après la rencontre. Deux membres d'honneur qui sont passés tailler une bavette (ou une galette-saucisse plus sûrement) pendant une heure et demie.


Toi aussi, fais-nous vivre tes expériences dans les stades des affiches du dimanche soir. Ca se passe ici !

La Rédaction