Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Que manque-t-il aux Bataves ?


Bon. Que dire sur la prestation (je n’ose pas dire des Bleus) eu égard au coloris fashion de leur nouvelle tenue ? On a été accroché par une équipe de Croatie que l’on savait redoutable, et elle l’a prouvé. Lloris a un peu accentué son statut de gardien numéro un, et Ribéry a mis le feu dès son entrée. Sinon, pas beaucoup d’autres enseignements.


Parallèlement à cette rencontre qui n’avait d’amical que le nom, on jouait (pour de vrai) dans les autres groupes.

Notamment dans le groupe E, où les Pays-Bas continuent d’impressionner. Certes, ils le font depuis quarante ans. Mais pour ne jamais ravir un titre (si l’on excepte celui de 1988) qu’ils méritent tant. Dès génies ? Ils en ont produit à chaque génération. Les plus anciens se souviendront de Bertus De Harder, qui fut le premier à atteindre la dimension planétaire. L’absence de médiatisation de l’époque (1950-1960) l’a fait passer aux oubliettes. Il y eut ensuite le plus grand de tous, à savoir le roi Johan Cruyff, accompagné de ses acolytes Neeskens et Rensenbrink. A suivi dans les heighties la triplette Gullit, Van Basten et Rijkaard, puis ce fut le tour des Seedorf et Bergkamp.
Que manque-t-il aux Bataves ?

Aujourd’hui Robben et Sneijder soufflent le froid dans toutes les défenses du monde.

Pléthore de talents pour quoi ? Presque rien. Pas chanceux les Bataves l’ont été. En 1974, ils sont terrassés en finale de Coupe du Monde bien qu’archi favoris. En 1978, sans les frasques financières du roi Johan, ils auraient sûrement été couronnés en Argentine. En l’absence de leur meneur, ils se contenteront de la médaille d’argent. Leur seul moment de gloire aura lieu en 1988 avec le titre bien mérité de Champion d’Europe, acquis chez l’ennemi juré allemand. Car ensuite, il faudra se contenter de demi-finales perdues aux tirs au but en Coupe du Monde 1998 (contre le Brésil) et à l’Euro 2000, contre une Squadra plus que « chateuse » (comme d’hab, j’ai envie de dire…).
Avant de s’incliner en finale de la dernière Coupe du Monde contre une Espagne sur un nuage.


Alors aujourd’hui, les « Oranjes » continuent d’impressionner.

Six matches pour six victoires en qualif pour l’Euro. Des buts en veux-tu en voilà, une expérience chez les plus vieux qui renforcent la jeune génération en devenir.
Alors je peux me tromper. Mais ça pourrait bien être leur tour l’année prochaine. Et ce ne serait que justice.

Bruno Ahime