Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Pourquoi comdamner Loulou Nicollin pour ses injures envers l'ASSE ?


Nicollin, a été condamné par le tribunal de grande instance de Saint-Etienne à verser 10 000 euros à l’ASSE, pour propos injurieux. Ça fait cher la prune.



"Saint-Etienne n’est pas un grand club professionnel, c’est un ramassis de bons à rien. […] Ce sont des enfoirés. Avec ce Romeyer qui ne ressemble à rien, c’est un infâme."

Pour ces propos là, Louis Nicollin a été condamné à verser 10 000 euros à l’ASSE, dont 5 000 pour le président qui ne cesse de geindre dans les médias, Roland Romeyer. Ça fait cher la prune.

En effet on sera d’accord sur le fait que Nicollin est ridicule de se complaire en permanence dans la vulgarité et que les médias, eux, sont pathétiques de l’applaudir à chaque fois qu’il parle de bite, chatte ou autre, mais Romeyer qui porte plainte pour si peu, c’est naze ! En tout cas ses avocats ont trouvé le pigeon idéal pour se refaire la cerise.

Le politiquement correcte nuit à la culture foot !

Cet épisode pose la question du politiquement correct dans le monde du football. En 1992, David Ginola, avant un PSG-OM déclarait « ça va être la guerre on va leur marcher dessus » et Artur Jorge renchérissait avec « l’OM va vivre l’enfer, on va leur rentrer dedans ». Le football français n’est pas un sport de gentleman et Romeyer est le mieux placé pour le savoir puisque son club vient d’écoper d’un match à huit-clos pour les incidents que vous connaissez tous.

A l’heure où le football engendre toujours plus de violence il est intelligent de vouloir éviter tout débordement suite à des propos déplacés de joueurs ou entraîneurs. Mais les supporters savent faire la part des choses, ce ne sont pas tous des chèvres (comme certains joueurs de Ligue 1) qui vont déclencher des rixes à la moindre parole ou geste inapproprié. La vérité est que le football français bascule de plus en plus dans un conformisme du langage qui fait froid dans le dos. « Faire comme les autres, être comme les autres, ne surtout pas se distinguer des autres », voilà dans quoi nous nous retrouvons aujourd’hui en France. Les personnalités doivent se ranger au placard et les acteurs du foot doivent se soumettre à la mentalité bisounours mise en oeuvre par la LFP. A ce rythme là on va vite se retrouver avec une Ligue 1 stéréotypée, sans saveur où le moindre écart sera synonyme d’amende lourde. Bonjour l’ambiance !