Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Özil puissance 3


« Özil est une chance pour le football allemand. »


Ce compliment dithyrambique, c'est le sélectionneur allemand Joachim Löw qui l'a délivré à son meneur de jeu à la fin de la coupe du monde 2010. Inconnu sur la scène internationale à l'époque, Mesut Özil avait éclaboussé la compétition de son talent. Depuis, le natif de Gelsenkirchen mais néanmoins d'origine turque a fait son petit bonhomme de chemin, signant notamment à la fin de la compétition internationale au Real Madrid. Il est depuis, devenu un pilier et de son club et de sa sélection.

« Ma conduite de balle et ma technique sont les cotés turcs de mon jeu. La discipline, l’attitude et le fait de tout donner tout le temps c’est le côté allemand. »

A elle seule, cette citation décrit le jeu fluide, technique, précis mais également puissant de Mesut Özil. Vendredi soir, l'international allemand a inscrit trois des six buts de sa sélection face à l'Autriche (6-2), faisant de l'Allemagne la première nation qualifiée pour l'Euro, pour le coup. Trois réalisations bien différentes, exposant le panel de qualités éclectiques du bonhomme. Une reprise de volée aussi précise que puissante sur la première. Une perforation de la défense suivie d'un une-deux ultra rapide, avant de dribbler le gardien et marquer dans le but vide pour la deuxième. Sur le dernier but, Özil résiste sur trente mètres à son défenseur, avant de déclencher une frappe à ras de terre au premier poteau !

Un signe fort

Les Allemands ont prévenu. En se qualifiant les premiers pour l'Euro, forts de huit victoires en autant de rencontres ils se positionnent parmi les favoris logiques de la compétition, au même titre que les Pays-Bas et l'Espagne. La nouvelle génération allemande semble avoir franchi un palier, et les cadres se nomment aujourd'hui Lahm ou Schweinsteiger (27 ans !). Mais dans un pays où l'on n'a jamais hésité à lancer un joueur très jeune dans le grand bain, le réservoir allemand est encore bien rempli. A l'image du futur prodige Mario Götze (19 ans)...dont on entendra très vite parler.