Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


OM - PSG vu des tribunes


Foutebol vous fait vivre tous les lundis l'affiche du dimanche vue des tribunes par la voix des supporters. Aujourd'hui le Clasico entre l'OM et le PSG.


Dire que les deux protagonistes de ce qui reste comme LE match de l'année dans notre championnat ont vécu une semaine compliquée, relève du doux euphémisme. Alors, si la rencontre d'hier soir ne pouvait avoir d'incidences immédiates sur le classement final, elle pouvait soit relancer l'OM, soit faire douter les Parisiens. Vélodrome en réfection, grève des encouragements décrétée par certains groupes de supporters du virage sud, l'ambiance était particulière et la tension palpable.

L'OM c'est notre deuxième famille

Pas de quoi refroidir les quelques 520 membres du handi fan club marseillais, présidé depuis sept ans par René. " Notre association qui ne regroupe que des personnes handicapées, est désormais connue et reconnue. Tous se retrouvent dans cette ambiance qui leur est si chère et qui leur fait oublier leur handicap. Pour nous, que l'OM perde n'est pas un problème. C'est notre deuxième famille. Bien sûr on est encore plus content quand on gagne, alors pensez le bien que cette victoire 3 - 0 contre le PSG a pu nous faire."

Un naufrage parisien

Les associations de supporters parisiennes étant toutes dissoutes, et l'interdiction faite aux membres de se déplacer au Vélodrome, a obligé David à parcourir les quelques 800 kilomètres en voiture, "avec deux potes". Pour le résultat qu'on sait ! " Hier soir on a assisté au naufrage parisien, se désole David. Nos joueurs ont été transparents, et on peut se demander s'ils n'ont pas fait preuve d'un peu de suffisance. On a pu s'apercevoir hier soir que le talent individuel ne suffit pas. Il faut posséder d'autres vertus pour remporter un Clasico, surtout à Marseille. Maintenant il va falloir gérer l'après, quand on sait quelles turbulences un club comme le PSG peut subir. La déception est très grande, et le fait d'interdire aux supporters des deux clubs de se déplacer n'arrange rien à l'affaire. Sur ce point, je suis sûr que les Marseillais sont d'accord." Le voyage retour a dû être très long pour David...

Pas un feu de paille

Christian, président des Dodgers 92 a participé à toutes les campagnes marseillaises depuis 1991. " Je connais tous les stades de France de L1 et L2. Et beaucoup en Europe. Il ne me manque que Naples et Barcelone. Les supporters font partie de la vie d'un club. Leur interdire de se déplacer est très dur à encaisser." Forts de ses 2500 membres, les Dodgers adossés au Virage Nord-De Peretti n'ont pas participé à la grève des encouragements. " Bien que nous comprenions les revendications du Virage Sud. Mais dans le contexte actuel, nous avons préféré faire voir à tout le club que bous étions derrière eux." La réponse renvoyée du terrain par les joueurs, a comblé Christian, "même s'il reste quelques interrogations. Pourquoi l'équipe n'a pas joué comme ça depuis le début de la saison ? Hier soir on a assisté à un feu d'artifice, il ne faudrait pas qu'il s'agisse d'un feu de paille. Est-ce que ça va durer ? Il faut qu'on joue comme ça jusqu'à la trêve. Si c'est le cas, l'OM peut vraiment redresser la barre."

Au bout de dix minutes...

René n'en pense pas moins. " Hier soir j'ai vu un OM avec les valeurs qu'on aime. On s'est reconnu dans notre équipe. Impossible de ressortir un joueur du lot. Ils ont tous fait preuve de détermination, de gnac, d'envie. J'avoue avoir été surpris par l'absence de Benoît Cheyrou au coup d'envoi. Mais je m'incline devant les choix de Monsieur Didier Deschamps, qui avait prévu d'imposer un défi physique et bâtir une équipe de costauds. Avant la rencontre, on s'était dit qu'on pouvait prendre une raclée. Mais au bout de dix minutes, on savait qu'on allait gagner. Quoi qu'il arrive on restera toujours à fond derrière eux. La vie de tous les jours est faite de hauts et de bas. Dans un club c'est pareil." " Sur le match il n'y a rien à dire conclut Christian. Tout le monde a été au top, c'est comme ça qu'on aime l'OM."