Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


OM - Le Havre vu des tribunes


Foutebol te fait vivre tous les lundis l'affiche du dimanche vue des tribunes par la voix de ses supporters. Aujourd'hui la rencontre entre l'OM et Le Havre.


Un vélodrome dégarni

Est-ce à cause d'un mistral violent, d'une retransmission télévisée ou la faute à un adversaire sous-médiatisé ? Toujours est-il que le Vélodrome était loin d'afficher complet dimanche soir, où l'outsider havrais est venu sans complexe défier l'ogre marseillais dans son antre. Dommage car la rencontre allait être haletante et excitante.

20 000 spectateurs

OM - Le Havre vu des tribunes
" La première indication en arrivant au stade, constate Nazim membre fidèle des Yankee, hormis un mistral épouvantable, c'est la titularisation de Brandao, et un virage Nord dégarni. D'ailleurs c'est la première fois que j'assiste à une rencontre de cette tribune en étant assis. Il ne devait y avoir que 20 000 spectateurs. Mais le prix très bas (5 euros) dans les tribunes Jean Bouin et Ganay, où toutes les places sont assises, a sûrement fait émigrer certains supporters. Surtout qu'il y avait beaucoup d'enfants.

L'OM en mode compèt'

OM - Le Havre vu des tribunes
" De la tribune réservée aux visiteurs, Benjamin, Havrais pure souche et vacciné Barbarians, c'est l'importance qu'attachait Didier Deschamps à cette rencontre qui fut le premier révélateur. "On a tout de suite vu que l'OM alignait son équipe type post CAN. Une preuve que les Olympiens tenaient à tout prix à remporter ce match."

L'OM cueilli à froid

" Mon premier sentiment a été la peur de prendre "une branlée", mais ça s'est vite atténué vu la bonne entame qu'on a réalisée. Il y avait un coup à jouer et on s'en est vite aperçu. Témoin l'ouverture du score par Mendes sur un contre rondement mené. Malgré cela l'OM a dominé cette première période sans parvenir à ses fins." C'est également l'avis de Nazim, qui insiste sur la tactique mise en place par les Normands. " Vu de notre place, on a vite distingué le dispositif mis en place par nos adversaires. Bien regroupés derrière pour mieux nous contrer. Et ça a fonctionné en début de match où nous avons été cueillis à froid. Ensuite on a passé la mi-temps dans leur camp sans pouvoir égaliser."

Brandao le sauveur

" Côté havrais j'ai remarqué trois très bons joueurs, poursuit Nazim. Le latéral droit Rivierez, l'avant-centre Alo'o Efoulou et bien sûr Mendes qui nous a fait mal. " Et puis Brandao a surgi. " Cela a été une délivrance. On est tous très contents que ce soit lui qui ait égalisé. Dailleurs tout le monde a immédiatement entonné la chanson, ironique à l'origine, et qu'on chante maintenant chaque fois qu'il marque : qui c'est le buteur de l'Olympique, c'est Brandao. Tout le monde est content qu'il soit là. Malgré sa position d'avant-centre il joue son rôle de premier défenseur. Il est très important pour le collectif et facile à gérer." Benjamin trouve lui, et à juste titre, beaucoup de satisfactions quant à la prestation de son équipe. " On a eu les situations pour créer la surprise, par contre on n'a pas connu l'adresse ou la réussite. Même si je pense que sur l'égalisation de Brandao, Placide rate un peu sa sortie. Si Bonnet et Mesloub ne sont pas revenus à leur niveau, Mendes a mis le feu sur son côté, et Rémy n'a jamais pu passer Louvion, qui n'est pourtant pas un défenseur central de métier."

Bonnet rate l'immanquable

" On a vraiment eu l'occasion de tuer le match, regrette Benjamin, mais Bonnet a bouffé la feuille. A partir de là, c'est devenu très compliqué. Ensuite le but d'Amalfitano a enfoncé le clou." Nazim reconnait également qu'il s'agit là, DU tournant du match. " Quel soulagement ça a été. Inratable, mais merci également à Mandada, qui a sauvé deux ou trois situations chaudes. Quant au but d'Amalfitano, placé comme je suis , je peux dire que la trajectoire de sa frappe a vraiment fait un S ! En tous les cas, ce fut une belle soirée." Benjamin, beau perdant avoue quant à lui "espérer réitérer ce genre de prestation en championnat. Quand on voit ce qu'on est capable de faire, on se dit qu'il y a quand même la place pour accrocher la Ligue 1."