Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Montpellier, source de jeunesse


Tandis que Juvisy et Lyon s’affrontent ce samedi pour le titre, Montpellier finit sa saison en recevant le PSG. Toujours bien calées dans le big Four, les Héraultaises ont vu les Essonniennes et les lyonnaises s’envoler vers le titre leur chipant même, pour les dernières, la Coupe de France. Certains peuvent parler de « saison ratée » or l’avenir de la section féminine semble radieux. Avec une 2ème victoire consécutive des U19 nationaux en finale, le club de Loulou Nicollin (précurseur dans le domaine) peut compter sur une jeunesse talentueuse. Focus sur les féminines qui auront su exister face à la saison incroyable de Giroud et consorts.


La Formation, principe historique

Montpellier, source de jeunesse
En 2001, la section féminine du Montpellier HSC voit le jour. Elle deviendra l’une des équipes du BIG FOUR (Lyon – Juvisy – PSG – MHSC) mais surtout remportera deux fois le championnat de France (2004-2005) et trois fois la Coupe de France, anciennement Challenge de France (2006,2007 et 2009). Au delà de ce palmarès glorieux, le nombre d’internationales étant passées (ou encore présentes dans l’effectif du club Héraultais) par Montpellier vaut le détour: Elodie Thomis, Laure Lepailleur, Camille Abily, Sonia Bompastor, Sabrina Viguier, Mélissa Plaza, Céline Deville, Laëtitia Philippe, Marie-Laure Delie, Ophélie Meilleroux, Julie Soyer. Avec une qualité de formation et des moyens techniques propices à une évolution stable et progressive, beaucoup de jeunes joueuses frappent à la porte du club Héraultais et engrange une émulation. Les jeunes montpelliéraines savent que la coach de la D1, Sarah M’ Barek, n’hésite pas à leur faire confiance.

Le MHSC aura offert toute la saison une bonne résistance et aura lutter vaillamment pour les place qualificatives en Ligue des Champions. Les coéquipières de Hoda Lattaf auront basé leur jeu sur les ailes, la récupération haute et la contre-attaque profitant ainsi de la vitesse de leur jeune attaquante Viviane Asseyi, supplée par la grogneuse Lattaf. Ce duo complémentaire dont la différence d’âge est plus que notable, représente à lui seul la force de cet effectif. Composés d’un jeune effectif agrémenté de joueuses d’expérience (Lattaf, Meilleroux, Diguelman, Maamar), les Montpelliéraines se basent sur une colonne vertébrale solide et rassurante permettant aux jeunes pousses d’accumuler de l’expérience et de développer du caractère durant les matchs importants. Pourtant, cette jeunesse peut parfois jouer des tours aux Héraultaises laissant l’euphorie titulaire et le sang-froid aux vestiaires.


Montpellier sera sans doute la saison prochaine dans les favoris, le BIG FOUR malgré l’arrivée de gros moyens au PSG. Avec un deuxième titre de champion des U19, un effectif jeune en sans cesse progression et deux japonaises championnes du monde, le MHSC a un bel avenir devant lui, en espérant ainsi que la fine fleur du football français ne flâne pas en cours de route.

Charles Chevillard