Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Mondial féminin : Tous derrière les Bleues


La rencontre face à la première nation mondiale s'annonce comme une (très haute) marche supplémentaire à gravir pour l'équipe de France féminine. Mais les joueuses de Bruno Bini viennent de prouver qu'elles pouvaient renverser des montagnes...


Attention ! Il ne faut surtout pas minimiser la performance qu'est en train d'accomplir la Team à Nono. Sportivement, pour sa deuxième participation à un Mondial, atteindre les demi-finales relève de l'exploit. Ça, c'est le terrain. Et comme on sait que l'appétit vient en mangeant, on imagine à quel point nos jolies compatriotes ont encore faim et ne voudront certainement pas s'arrêter en si bon chemin. La deuxième énorme surprise c'est l'engouement médiatique qu'elles ont su créer. Si on se réfère à la récente victoire des Lyonnaises en Ligue des Champions, qui si elle n'est pas passée totalement inaperçue, n'a pas provoqué non plus de remous spectaculaire, le parcours des Bleues en Allemagne suscite un tout autre intérêt !

Démocratiser le foot féminin

Car pas moins de 2,8 Millions de téléspectateurs français ont suivi samedi soir le quart de finale contre l'Angleterre ! Énorme. Noël Le Graët qui avoue "avoir été bluffé" et de se fendre d'un "Je ne pensais jamais être conquis à ce point-là. Le ballon est toujours à terre, il n’y a pas de contestation, pas de temps morts...et qui met en exergue l'état d'esprit et le niveau physique, c'est presque une révolution culturelle ! La ministre des Sports, Chantal Jouanno, qui adresse quant à elle dans un communiqué "ses plus chaleureuses félicitations à l'équipe de France féminine de football ainsi qu'au sélectionneur et à l'encadrement....A la fin, j'ai eu quelques larmes". Là, on change de dimension ! Mais ce qui est encore meilleur, c'est que ce soient des filles qui arrivent à réconcilier le peuple français avec la tunique bleue. Loin, bien loin de Knysna et des caprices de ses messieurs les stars, qui nous ont fait passer pour des "blaireaux" aux yeux de la planète entière. Ces demoiselles leur donnent une belle leçon d'humilité...

L'expérience américaine

En demi-finale, n'ayons pas peur des mots, l'équipe de France s'attaque à un très très gros morceau. Les Américaines, professionnelles et fortes de deux titres de championnes du monde ! Excusez du peu. Mais surtout face à une culture du foot féminin à mille lieues de la nôtre. Outre Atlantique, le foot féminin , " C'est le sport N.1 pour les petites filles, elles jouent partout, viennent au match en famille. C'est complètement différent en terme d'engouement populaire", raconte la Française Sonia Bompastor, qui a évolué durant deux saisons au Washington Freedom. Elle n'est d'ailleurs pas la seule puisque Camille Abily a, elle, porté les couleurs de Los Angeles Sol et du FC Gold Pride. Une expérience américaine qui sera un atout supplémentaire pour les Bleues, qui n'ont plus à faire de complexes désormais. On attend tous que vous nous fassiez encore rêver, puisque les mecs n'y arrivent plus...