Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Messi ? Mais si...


L'Argentine comptera encore cette nuit sur le meilleur joueur du monde pour tenter d'obtenir sa première victoire en Copa America...


Si l'Albiceleste n'a pas encore le dos au mur, elle se doit devant son public de prendre les trois points de la victoire contre la Colombie. Non pas que sa qualification soit définitivement remise en cause en cas d 'échec. Non, car la compétition qui regroupe douze équipes réparties en trois groupes de quatre, permet aux deux meilleurs troisièmes d'atteindre les quarts de finale. Mais bon, en tant que pays hôte et favori, ça ferait un peu désordre de trébucher une deuxième fois. Et d'avancer une température hivernale ou le fait qu'il n'existe plus de petites équipes, n'aurait aucune crédibilité. Sergio Batista le sélectionneur le sait bien, qui alignera une nouvelle fois sa formation dans un schéma en 4-3-3, pour donner plus de conditions "barcelonesques" à son leader.

Messi plus isolé ?

La valeur intrinsèque de chaque joueur de la sélection argentine n'a pas grand chose à envier à celle de ceux du Barça. En revanche, au niveau du système de jeu, du dévouement et des automatismes pour et avec Messi, on reste à des années lumière. C'est une des principales raisons pour laquelle Yoyo n'a jamais le même rendement qu'avec son club. Batista, en sélectionneur aussi intelligent qu'il l'était en tant que joueur, a disposé un secteur offensif éclectique qui se voudra complémentaire, avec des joueurs comme Pastore, Di Maria ou Tevez.. De quoi enlever un peu de responsabilité à Messi.

Falcao la terreur

Car en face, la Colombie devrait se montrer un adversaire beaucoup plus dangereux que la Bolivie, que les Argentins n'ont pu vaincre. Avec des vieux briscards style Yepes ou Perea, plus les deux joueurs du FC Porto récents vainqueurs de la Ligue Europa, Guarin et Falcao. Ce dernier, qui a terminé meilleur buteur de la compétition remportée par le club portugais, avec 17 buts en 14 rencontres, n'est pas du genre à faire de sentiments, et ne tremblera pas devant la cage de Romero. A l'inverse du Bolivien Martins Moreno...La rencontre s'annonce plus serrée qu'il n'y parait. Ben oui, le général Videla n'est plus là!!

Diegito Mamista