Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Mario, prénom béni


La demi-finale entre Allemands et Italiens, devrait tenir toutes ses promesses...


Gomez face à Balotelli

Tout comme le duel à distance que vont se livrer deux des meilleurs attaquants d'Europe. Un face à face très attendu, entre deux joueurs qui peuvent faire basculer une rencontre. Depuis le début de la compétition, ni l'un ni l'autre n'ont déçu. L'Allemand a déjà inscrit trois buts, et la Mannschaft est la seule qualifiée des demi-finales à avoir remporté ses quatre matches. Balotelli ne compte qu'une unité à son compteur, mais a déjà fait taire tous ses détracteurs. A l'inverse de certaines nations... l'Allemagne et l'Italie peuvent compter sur leurs fers de lance. Elles possèdent toutes les deux, ce joueur capable de faire la différence à n'importe quel moment.

Gomez l'efficace

Retrouver Mario Gomez à un tel niveau, est tout sauf une surprise. Insensible au doute, il sort d'une saison plutôt réussie. 26 buts en Bundesliga, 12 en Ligue des champions, on parle de performance. L'attitude et le comportement du buteur allemand inspirent également le respect. Pas de sautes d'humeur, expression de joie plus que retenue après un but, efficacité totale. Ses statistiques lors du dernier match contre les Pays-Bas sont révélatrices. Gomez n'a touché le ballon que pendant 22 secondes ! Ce qui lui a suffit pour inscrire les deux buts de son équipe. Quand l'Allemagne joue, la question que tout le monde se pose est de savoir quand Gomez va marquer.

Balotelli le surdoué

Mario Balotelli ne répond pas aux mêmes caractéristiques que son futur adversaire. Autant Gomez peut se faire oublier tout un match, autant l'Italien va participer au jeu, tenter, proposer, demander. Balotelli est capable de gestes techniques hors du commun. Il l'a prouvé avec son but contre l'Eire. Mais ce qui impressionne le plus aujourd'hui, c'est comment l'Italien a mis de l'eau dans son vin au niveau comportement. Ingérable, ayant défrayé la chronique faits divers plus souvent qu'à son tour, Balotelli traverse cet Euro comme un saint. Merci quand même à son pote Leonardo Bonucci, qui main sur la bouche de Mario, l'a empêché d'exprimer trop vertement son avis en direction de Prandelli, après son but irlandais. Vivement jeudi. Et ce combat de titan entre les deux Mario.