Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Lionel Messi fait son petit surhomme de chemin


Incroyable mais vrai : Lionel Messi a planté 73 buts en 2012. 73 !!! Deux de moins que le Roi Pelé himself en 1959 (75).


Là où ça devient rigolo, c'est qu'en 1959, d'une part t'étais pas né (moi non plus, d'ailleurs) mais d'autre part, il faut voir les images. Les défenseurs sont campés comme des arbalètes, la préparation physique c'est de la science-fiction et le marquage est aussi serré que l'élastique du slip de Gérard Depardieu.

Lionel Messi illumine l'histoire du foutebol en cette fin d'année 2012.
En lice pour un quatrième Ballon d'Or consécutif, l'Argentin peut également devenir le meilleur buteur de l'histoire sur une année civile. Pour cela, il lui faut encore dépasser deux baltringues : Pelé et Gerd Müller. Auteur d'un doublé samedi dernier lors du large succès du Barça face au Rayo Vallecano (5-0), ce qui lui a permis de dépasser la barre symbolique des 300 buts inscrits en matches officiels (301 désormais).

"Pour moi, c'est une fierté d'être si près des statistiques d'une personne si importante dans le foutebol. Être si près de Pelé, c'est beau, même si ce ne sont que des chiffres", a expliqué lundi le principal intéressé, modeste quand il s'agit d'évoquer ses statistiques. S'il parvient à rejoindre Pelé dans l'histoire, il lui faudra encore cravacher pour battre le record de Müller : 85 buts inscrits en 1972 (avec le Bayern Munich et la RFA).

Soulier d'Or 2012

Le Soulier d'Or, pas compliqué, récompense le meilleur buteur européen en championnat. Avec 50 buts inscrits en Liga, il a fait mieux que son rival Cristiano Ronaldo (46 réalisations). Un trophée remis, hasard ou non, le jour de l'annonce de la liste des nommés pour le Ballon d'Or 2012. Triple tenant du titre, Messi sera une fois encore favori à sa propre succession.

"J'ai déjà connu le bonheur de le recevoir trois fois de suite, c'est énorme, incroyable. Il arrivera une année où je ne l'aurai pas", a rajouté notre ami Yoyo, infiniment plus à l'aise balle au pied que devant les micros où ses interventions sont le plus souvent consternantes de banalité. Si d'aventure il devait devenir le meilleur buteur de l'histoire sur une année civile, difficile d'imaginer le jury ne pas lui décerner un quatrième Ballon d'Or consécutif, chose jamais réalisée pour le moment.

Il reste encore quelques matches à Messi d'ici fin 2012 pour entrer un peu plus dans l'histoire du Foutebol.

Le petit surhomme de chemin est une expression empruntée à un autre génie, du journalisme cette fois-ci, Antoine Blondin.