Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Les Bleues prêtes à se parer d’or


Les Jeux Olympiques de Londres ont démarré hier soir. L’une de nos chances de médaille se trouve dans l’Equipe de France de Foutebol féminin. Si Gaëtane Thiney, Marie-Laure Delie et leurs coéquipières ont débuté leurs premiers JO par une défaite contre les doubles tenantes du titre américaines, elles visent avec ambition l’or.


L’Euro est passé. Les sanctions visant Samir Nasri et Jérémy Ménez pour leur comportement à l’Euro viennent de tomber. Et les supporters français se sont trouvé depuis un peu plus d’un an une nouvelle équipe fétiche. Celle des féminines. Leur parcours à la Coupe du Monde en Allemagne en juin 2011 avait fait naître un début d’engouement autour des Bleues.

Un milieu de terrain technique et rapide, une défense plutôt solide et la sérial buteuse montpelliéraine Marie-Laure Delie.
Avec 37 buts en 42 sélections à seulement 24 ans, cette dernière est partie pour exploser tous les records. Son but en ouverture des JO face aux USA en témoigne : si elle avait été un mec elle serait un mix entre Ruud Van Nistelrooy et Pippo Inzaghi. Attaquante puissante et rapide, elle est surtout une redoutable renarde des surfaces. Et comme tout bon buteur masculin ou féminin, elle est entourée par les joueuses qu’il faut pour lui distribuer les caviars.

A commencer par Gaëtane Thiney qui chiffre un but tous les deux matchs en Bleu.
Mais la meilleure joueuse du championnat de France joue à Juvisy. Et les Franciliennes ont la malchance de figurer dans un championnat dominé par les Lyonnaises de Jean-Michel Aulas. Elle peut toujours se consoler avec cette frappe contre les USA.



Parce qu’au milieu de terrain, elle est justement cernée par ses rivales en championnat.

Camille Abily
Camille Abily
Camille Abily qui fêtera sa 100ème sélection au prochain match et affiche six titres de championne de France, un aux Etats-Unis et deux Ligues des Champions sur son CV.

Louisa Necib, LA touche de folie de cette équipe. Si l’on osait une comparaison on pourrait avancer qu’elle est une version améliorée d’Hatem Ben Arfa. Elle dispose d’une technique déroutante qui rappelle celle du joueur de Newcastle mais elle y ajoute une qualité de passe et un état d’esprit bien meilleurs que son alter ego masculin.

Elise Bussaglia
Elise Bussaglia
Derrière ces deux-là on retrouve Elise Bussaglia qui vient de signer à l’OL. L’ex du PSG assure l’équilibre du milieu de terrain des Bleues. Plus discrète, plus en retrait que ses coéquipières, elle fait la différence par une grande qualité de placement. Toujours dans l’espace pour couvrir les montées des autres et mettre un tampon quand il faut.


Elodie Thomis
Elodie Thomis
Enfin, devant, Elodie Thomis vient faire la paire avec Marie-Laure Delie. Moins finisseuse que sa partenaire, elle lui ouvre des boulevards lorsqu’elle attire les défenseurs adverses en dézonant. Ses trois poumons lui permettent ensuite de tenir le ballon.


Sonia Bompastor, Laura Georges, Corinne Franco
Sonia Bompastor, Laura Georges, Corinne Franco
Derrière, c’est du 100% lyonnaise. Malgré les 4 pions encaissés face aux Etats-Unis, Sonia Bompastor, Laura Georges, Wendy Renard et Corine Franco sont loin d’être des ballerines. Puis quand en face l’attaque est menée par Abby Wombach, 182 sélections et 139 buts avec les USA… ben on fait ce qu’on peut. Sinon, Sonia Bompastor est capitaine de l’OL, affiche 7 titres de championne plus deux Ligues des Champions et compte 152 sélections en Equipe de France. Et puis c’est tout. Laura Georges n’a, elle, « que » 121 sélections. Les attaquantes adverses redoutent sa présence d’armoire à glace et son impact dans les duels. Á ses côtés dans l’axe c’est la grande révélation de ses deux dernières saisons. D’abord arrière droit, Wendie Renard a basculé dans l’axe où sa grande taille fait des miracles. Son 1m87 quasiment entièrement composée par ses jambes à rallonge est déjà impressionnant. Mais quand la Martiniquaise d’origine ne se lisse pas les cheveux, elle atteint facile les 2m12. A gauche, Corine Franco, pour sa 66ème sélection en ouverture des JO, a été malmenée par les Américaines mais sa solidité et son expérience lui ont permis de ne pas sombrer.


Sarah Bouhaddi
Sarah Bouhaddi
Tout ce petit monde est surveillé depuis ses cages par Sarah Bouhaddi.

Ah, tiens, une Lyonnaise.

Et une Lyonnaise de poche. 1m75 montés sur ressorts et renforcés par un gros mental.

Ces onze Bleues ont donc tout pour réussir.

De l’expérience, de la jeunesse, de la folie, et, surtout, un vécu commun.

Hormis la demi-finale du mondial Allemand, la plupart d’entre elles jouent quotidiennement ensemble sous le maillot de l’OL.

Et elles le font drôlement bien puisque les Lyonnaises sont double tenantes du titre en Coupe d’Europe, contribuant sans cesse à développer la popularité du foot féminin.

Une popularité qui exploserait en cas de titre Olympique.

Allez les Bleues.