Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Le week-end des quarts de finale


En exclusivité pour Foutebol, José Carlin Pérez relate ses impressions depuis Bogota.


José carin perez - Foutebol - CC
José carin perez - Foutebol - CC
Quelques jours ont passé, le temps de préparer la venue des Mexicains pour leur quart de finale face à la Colombie. Tiens, en parlant de la Colombie, à l'issue de la traditionnelle conférence de presse d'avant match (vendredi), l'entraîneur colombien me proposa d'aller croquer avec lui, comme ça sur le pouce, "una arepa con huevos", un plat typique de la région du CaraÏbe. Ne pouvant m'y résoudre (j'avais déjà d'autres engagements au stade), nous avons pris date en se promettant mutuellement ce moment d'échanges personnels. Tout ça pour vous dire que le football c'est parfois aussi ça : ta vie, la mienne, autour d'une assiette...

Pour quitter le rond des serviettes pour celui du ballon, ce week end auront donc lieu tous les quarts de finale.
Samedi : Portugal-Argentine à Carthagène (17h heure locale, +7 heures pour la France) puis Mexico-Colombie à Bogota (20h heure locale) ;
Dimanche : France-Nigeria à Cali (15h heure locale) puis Brésil-Espagne à Pereira (18h heure locale).

Toutes les grandes nations sont belles et bien présentes à ce niveau de la compétition

Et s'il semble logique de donner un avantage à la Colombie qui jouera devant son public dans un stade comble, les Mexicains m'ont paru extrêmement soudés lors de leurs dernières sessions d'entraînement, s'amusant à jouer avec la caméra du technicien qui les accompagne, et vas-y que je présente mon pote ou bien que je mime quelques pas de danse face caméra...
Pour ce qui est des autres nations, je donnerai un avantage technique à l'Argentine et à l'Espagne, mais on sait bien que cela n'est jamais suffisant, surtout dans cette catégorie d'âge où la "grinta" joue un rôle important.
Quant à la France, elle disputera une rencontre très très difficile face à un Nigeria très athlétique et pas du tout maladroit balle au pied.

On en reparle dimanche soir.