Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Le TFC, aspirant à l'Europe ?


Quatrième au bout de onze journées, Le Téfécé tutoie les cadors du championnat français grâce - entre autres - à une équipe composée de néo-internationaux, et d'une attaque enfin efficace. Après deux saisons dans la partie supérieure du ventre mou, le club se prend à rêver : et si, comme en 2009, Toulouse décrochait enfin un sésame européen ?


Une équipe remaniée

wikipedia - casanova - CC - Lucio fr
wikipedia - casanova - CC - Lucio fr
Le manque d'ambition sans doute la principale cause de non-qualification européenne depuis quelques années chez les Violets. Chaque saison, on se demande pourquoi l'équipe n'a pas eu ce « petit plus » qui distingue les meilleurs clubs des autres. Prononcée après le match contre Bordeaux, une phrase de l'entraîneur Alain Casanova illustre bien ce déficit d'appétit pour le haut du tableau : « L'objectif ce soir n'était ni de marquer les esprits ni de prendre la première place ». Le club n'est pas du genre à se mettre en avant, à truster les premières places, et cela peut s'expliquer par le manque de ferveur autour de lui, et qui le sépare des cadors de Ligue 1. Toulouse vit mal la pression, les feux des projecteurs et s'efforce ainsi de ne pas trop se montrer sur le plan médiatique, pourtant indissociable de la participation à une joute européenne.

Cela peut également se ressentir dans le jeu : peu spectaculaire, plutôt timide, l 'équipe conserve un style plutôt défensif qui ne lui réussit pas toujours, comme par exemple face à Bordeaux, mais qui met en évidence son talentueux gardien, Ali Ahamada. Mais c'est en train de changer.

Malgré un recrutement peu convaincant – le prometteur Yannick Djalò tardant à se mettre en valeur - le TFC peut compter cette saison sur ses nombreux jeunes : Regattin, Yago, Tabanou, et surtout Wissam Ben Yedder.
L'attaquant, issu du milieu du futsal, est parvenu à imposer sa technique dans un collectif a priori défensif pour pallier le manque d'efficacité offensive, problème récurrent depuis le départ de Gignac deux ans auparavant. Les talents grandissants du Toulouse FC ne sont autres que les derniers appelés en Équipe de France : la paire de milieux défensifs Capoue/Sissoko. Les deux joueurs sont entrés dans une autre dimension en intégrant Clairefontaine et disposent tout à fait du niveau requis en coupe d'Europe. Cependant, Alain Casanova doit faire face à un hic en défense centrale : en effet, la charnière, composée d'Abdennour et du premier défenseur disponible au moment du match, est très fragile. Celle-ci n'a cessé de changer depuis le début de la saison, quatre fois au total. L'équipe ne peut prétendre s'imposer sur la durée en étant autant en manque de repères défensivement. D'ailleurs, cela peut être une explication au fait que le Téfécé ne parvient pas à confirmer et à enchaîner plus de 2 victoires d'affilée.


Finalement, il ne faut pas s'enflammer avec cette équipe qui peine chaque année à trouver une dynamique capable de l'emmener au sommet.
Rappelons que les équipes affrontées en ce début de championnat sont pour la plupart de bas de tableau ou candidates au maintien. De vrais « matches test » s'imposent pour connaître la véritable valeur de Toulouse, qui, en comptant sur Ben Yedder et en se dévoilant un peu plus, peut espérer accrocher une qualification européenne.

Bartolomé Simon