Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Le PSG tombe de haut


Dominés dans tous les compartiments du jeu par l'avant-dernier du championnat espagnol, les Parisiens ont sombré à San Mames.


Y aurait-il deux PSG ? Vu la triste copie qu'ont rendue hier soir les joueurs de Kombouaré, on peut se le demander. Un PSG concentré sur le championnat, et qui avance tel un bulldozer, et un autre un peu plus dillétante qui traverse la Ligue Europa comme un fantôme ? Non. On peut rater un match. On pourra avancer que Kombouaré avait fait tourner. Pas suffisant, car l'équipe alignée avait vraiment de la gueule. La plus logique explication reste que tous les Parisiens avaient déjà la tête tournée vers dimanche soir et le prochain choc contre Lyon.

Pas un drame

Il faut l'espérer pour eux. Auquel cas les coéquipiers de Mathieu Bodmer vont au devant de grosses désillusions. Brillants en championnat, à l'image de Javier Pastore, jamais les Français n'ont semblé pouvoir soutenir la comparaison. Et sans vouloir faire injure aux Basques, la différence qui existe entre leur équipe et celle de Montpellier par exemple, ne saute pas aux yeux, en terme de potentiel. On ne peut pas non plus imaginer le club de la capitale, au vu de leur nouveau statut, faire l'impasse sur la compétition européenne.

Pression trop importante ?

A moins que la pression du choc de dimanche soir contre Lyon ait inhibé les bonnes intentions parisiennes. Possible. Mais si au moindre rendez-vous important le PSG ne parvient pas à gérer deux rencontres rapprochées, ça risque de devenir plus compliqué que prévu. La ridicule expulsion de Sissoko tendrait à le prouver. Pour autant, on n'arrive pas à y croire. Sachant que les deux premiers de la poule sont qualifiés pour les 16èmes de finale, comptablement et vu la valeur du groupe, perdre à Bilbao ne devrait rien avoir de dramatique. Seule la réponse des Parisiens sur le terrain dimanche soir nous apportera une réponse.