Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Le LOSC au firmament


65 ans que les Lillois attendaient ça. Autant dire que les derniers à avoir assisté au dernier doublé des "Dogues" doivent commencer à sucrer les fraises...


© Sergey Peterman - Fotolia.com
© Sergey Peterman - Fotolia.com
La meilleure équipe du championnat a logiquement décroché le titre de champion de France hier soir au Parc des Princes. Certes les Lillois pouvaient encore griller un joker, tant les conditions étaient réunies pour que le titre tant mérité ne leur échappe pas. Une victoire de Marseille était d'abord indispensable. Sans elle, les joueurs de Rudi Garcia étaient automatiquement couronnés. Mais comme dit le proverbe : mieux vaut tôt que tard!! Ah non ? C'est pas ça. Pas grave. Mavuba et consort ont obtenu un match nul face à un PSG, qui bien que victime de circonstances plutôt défavorables n'a jamais rien lâché.

Un double enjeu

Car si les Lillois avaient le titre en ligne de mire, les Parisiens se devaient d'accrocher la 3ème place synonyme de qualif pour la Ligue des Champions. L'enjeu était donc de taille, et pour une fois il n'a pas tué le jeu.On a assisté à une partie pleine de rythme, avec deux protagonistes portés vers l'attaque. On se doutait bien qu'en de telles circonstances, le premier qui marquerait, aurait fait un grand pas. On crut longtemps que ce serait les joueurs de Kombouaré, disposés dans un schéma résolument offensif. C'était sans compter sur celui qui est devenu depuis une semaine l'artificier de service ès PSG...

Obraniak, l'arme fatale

L udovic O braniak S uper C anonnier. C'est une nouvelle fois le gaucher international polonais qui allait se charger de débloquer la situation. Esseulé sur le côté droit, il déclenchait une frappe à ras de terre qui trompait Coupet. Décidément, Greg qui faisait ses adieux hier soir, aurait certainement préféré que son bourreau en Coupe de France ne récidive pas. Mais il y a des signes comme ça contre lesquels on ne peut lutter. Obraniak, qui n'a disposé cette saison que d 'un temps de jeu inversement proportionnel à son talent, prouvait si besoin en était, qu'il était bien plus qu'un maillon de la chaîne. Les Parisiens égaliseront par deux fois. Insuffisant pour subtiliser la 3ème place (pour l'instant!!) aux Lyonnais, et pour empêcher les Lillois de fêter dignement leur titre.

La Rédaction