Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Le Costa Rica et le Cameroun s'inclinent



Le Costa Rica et le Cameroun s'inclinent
Coupe du monde U20 : en exclusivité pour Foutebol, José Carlin Pérez relate ses impressions depuis Bogota.

José carin perez - Foutebol - CC
José carin perez - Foutebol - CC
Los « Ticos » tels qu’on surnomme les habitants du Costa-Rica ont soufflé le chaud et le froid hier soir après l’élimination de leur équipe en huitième de finale face à la Colombie (3-2).
C’est d’abord une formation totalement décomplexée qui s’est présentée face à des Colombiens qui ont paru un peu trop sûr d’eux. Il n’aura pas fallu longtemps aux joueurs du Profe Lara pour se rendre compte que les amis Costariciens n’étaient pas venus pour faire de la figuration.

Bien au contraire puisqu’après l’ouverture du score par Luis Muriel peu avant l’heure de jeu, les joueurs de Ronald Gonzalez vont assommer en deux minutes les espoirs de tout un peuple venu nombreux soutenir son équipe. C’est d’abord John Ruiz puis le Lorientais, Mynor Escoe qui donnent l’avantage au Costa-Rica.

Dans un silence de cathédrale, il n’en faut pas plus pour que d’un coup « El Campin » prenne des allures de retraites aux flambeaux. Mais c’est mal connaître les p’tits gars de Bogota. Les « Cafeteros » vont revenir au score à dix minutes du coup de sifflet final grâce à leur capitaine Pedro Franco et enfin grâce à Zapata, lancé comme un bolide le long de la ligne de touche et qui se fera fauché en pleine surface. James Rodriguez n’aura plus qu’à transformer l’offrande dans les arrêts de jeu (93e)…

A la sortie de la pelouse, la tension est énorme du côté du banc costaricien tandis que les hommes de Lara n’en finissent plus de fêter cette qualification pour les quarts de finale avec un public redevenu bouillant. Il faut un sang-froid et un fair-play exemplaires de Ronald Gonzalez pour éviter que tout cela ne s’envenime. A 41 ans, ce jeune entraîneur qui disputa également la Sub-20 avec le Costa-Rica a un bel avenir devant lui. Un mec bien.

Le Costa Rica et le Cameroun s'inclinent
De l’autre côté du pays, c’est le Mexique qui s’extirpait du piège camerounais aux penalties et trouvera ainsi sur sa route la Colombie pour un quart de finale qui s’annonce d’ores et déjà somptueux !

Pour ma part, je bouclais la soirée en félicitant en conférence de presse le coach costaricien pour son attitude particulièrement honorable, puis j’accueillais Eduardo Lara qui confessait qu’il retournerait voir la Vierge avant le duel mexicain. Car l’homme est un grand croyant, un dur, un vrai, un tatoué.