Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Le Bayern doit passer


Vainqueurs au match aller du tour préliminaire, les Bavarois se doivent d'asseoir leur supériorité ce soir à Zürich, afin de disputer une compétition dont la finale aura lieu le 19 mai prochain à l'Allianz-Arena !


Non pas que les joueurs de Jupp Heynckes se positionnent en grands favoris de cette Champion's League, mais avoir le privilège de disputer la finale dans son propre stade, peut s'avérer une source de motivation supplémentaire. Pour cela, il faudra déjà se qualifier au terme de ce second match. Une tâche largement à la portée des coéquipiers de Philipp Lahm si peu qu'ils concrétisent les occasions qu'ils vont se créer. Au match aller, le score de 2-0 en leur faveur, reste un minimum syndical si on fait référence aux trois grosses occases vendangées par Mario Gomez, au coup franc de Ribéry repoussé par le poteau ou encore le sauvetage miraculeux de Djuric sur sa ligne.

Montée en puissance

Surpris d'entrée de championnat par un étonnant Borussia Mönchengladbach (0-1), les Munichois se sont empressés de rectifier le tir. Tout d'abord en allant s'imposer à Wolfsburg dans les tous derniers instants du match (0-1), puis en écrasant ce week-end Hambourg (5-0). Bon pour la confiance avant le déplacement hélvète. Pas de buts encaissés en trois rencontres, une attaque retrouvée, les retours en forme de Robben, Ribéry et Muller, plus des valeurs sûres comme Schweinsteiger ou Lahm, on appelle ça une montée en puissance...

Respecter le statut

Car au Bayern, terminer deuxième ou pire, troisième du championnat, est un échec. Ne pas participer à la Ligue des Champions, carrément une honte. Le plus titré des clubs allemands, déjà vainqueur à quatre reprises de la compétition continentale (1974,1975,1976, 2001), est décidé à frapper un grand coup. Mais doit d'abord faire le boulot, passer par les menues, mais ô combien dangereuses, besognes. Un match retour de tour préliminaire en Suisse, en fait partie.