Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Le Barca était-il si grand que ça ?


Au lendemain de l’élimination du PSG de la ligue des champions, l’ensemble des médias Français est unanime : le PSG a regardé la meilleure équipe du monde dans les yeux !
Cet article n’aura donc pas pour but de louer toutes les qualités démontrées par l’ensemble du groupe Parisien, ni la stratégie joueuse et intelligente de Carlo Ancelloti sur ce match retour. Non, un étrange sentiment envahi un certain nombre de personnes au sortir de cette double confrontation.


Le Barca était-il si grand que ça ?
En effet, les médias – et c’est leur devoir- ont fait monter la sauce nous prédisant l’une des plus belles confrontations de l’année . Le PSG nouvelle formule face à l’épouvantail Barcelone.
C’est sur ce dernier point qu’il me semble important de revenir. Nous sommes tous d’accord que l’investissement tactique et physique, l’intensité et le jeu proposé par le Paris Saint Germain lors de cette double confrontation laissent augurer de très belles choses pour l’avenir. Les Thiago Silva, Ibrahimovic, Pastore, Lucas, ont confirmé tout le bien que l’on pensait d’eux.
Cependant le FC Barcelone que l’on annonce depuis le début de la saison comme l’un des favoris de la coupe aux grandes oreilles était-t-il vraiment au niveau , à son niveau?
Plusieurs éléments nous poussent à dire que non. On pourrait même aller plus loin en mettant en avant le fait que lors de ces quarts de finale seuls Galatasaray et Malaga ont semblé plus faibles que le Barca. Quelques éléments d'explications...








Un navire sans capitaine

Trop de personnes oublient les déboires de Barcelone en cette saison 2012-2013. L’absence durant pratiquement 2 mois de tito Vilanova pour se faire soigner de son cancer à New York ont laissé des traces. Les automatismes tactiques, et le pressing à la perte de balle clé de voûte de la philosophie barcelonaise se sont estompés durant l’absence du technicien Blaugrana et force est de constater qu’ils ont du mal à revenir. Vilanova lui-même semble encore empreinté et on peut légitimement se poser la question de sa capacité à fédérer un groupe qui a tout gagné vers de nouveaux succès, et ce malgré toute sa bonne volonté.

Une défense sans certitudes

Puyol blessé régulièrement depuis le début de la saison, Abidal encore trop juste pour participer à ce genre de match, Mascherano blessé au ligament au match aller , Adriano de retour hier et qui rechute immédiatement… Cela fait beaucoup pour une défense qui peine réellement à trouver de la stabilité et de la sérénité. Ajoutez à cela les entrées en jeu du jeune Batra qui cumule à peine un total de 15 matchs en 4 ans, c’est dur très dur. Peut -on ici s’étonner de voir un Piqué qui n’est plus l’ombre que de lui-même et pris à défaut sur le moindre ballon ? Le manque de complémentarité en défense se paye très cher et on en a eu la preuve sur l’ensemble de ces deux matchs, chaque ballon perdu à 50 mètres de leurs cages par les Barcelonais ressemblait à une occasion en or pour le PSG . Nul doute que Zoumana Camara aurait une place bien au chaud dans cette défense centrale actuellement...
A contrario, très souvent décrié, Victor VALDES, a démontré tout l’étendu de son talent sur cette double confrontation en permettant au Barca de rester en vie grâce à des arrêts de grande classe.

Un Busquets lessivé

Sous l’ère Guardiola, ou encore avec la Roja , on a souvent loué le talent de Sergio Busquets. Infatigable travailleur, de grands compas qui aimantent tous les ballons dans sa zone et une technique lui permettant d’effectuer la première relance très proprement. Cependant, le jeune ibérique semble tirer la langue et ce depuis plusieurs matchs. Alexandre Song est pourtant bien présent sur le banc Barcelonais et n’est utilisé qu’avec parcimonie par la paire Vilanova-Roura. C’est selon moi l’une des clés tactiques de ce match retour. On a pu ainsi se délecter de tout le talent de Pastore dans un milieu de terrain, censé être la force du Barca, amorphe et peu travailleur.

Une attaque inoffensive

Villa , Fabregas, Alexis Sanchez, aucun de ces joueurs n’aura donné pleine satisfaction sur ce ¼ de finale. Villa subit clairement le contre coup de sa longue blessure et peine à revenir à son niveau d’antant. Sanchez se bat, Sanchez dribble, mais il n’est que trop peu efficace dans la zone de vérité et ce notamment au match aller ou il aurait pu obtenir bien plus que son penalty. L’avenir du chilien au barca semble s’écrire en pointillés, triste pour le meilleur joueur de la Série A 2010-2011.
Fabregas quant à lui est passé dans cette confrontation comme un fantôme… un éclair de génie au match aller avec sa déviation pour Sanchez qui obtiendra le penalty et puis… c’est tout. De nombreuses opportunités se sont présentées à lui lors du match retour, mais visiblement la tête ailleurs (on apprendra par la suite que son amie était en train d’accoucher pendant le match)il préféra offrir quelques ballons aux supporteurs présents dans les gradins. Bien trop inconstant, Cesc ne parvient toujours pas à enchainer les bonnes performances et notamment face aux « gros ».
Pedro , bien que buteur, est fautif sur le premier but parisien . Revenant tout juste de blessure, il s’est démené tout au long du match, mais semblait émoussé. Cela s’est notamment ressenti dans sa capacité à perforer une défense bien en place comme ce fut le cas hier soir.

Messi-dépendance

Bien entendu, avec des si on referait le monde, mais ce point semble quand même essentiel face aux conclusions hâtives que l’on tire de cette double confrontation.
Le PSG a été en tout point impressionnant sur ce match retour, mais cette performance ne peut être dissociée à mes yeux de l’absence du meilleur joueur du monde. Lorsque l’on sait que Messi est décisif à pratiquement chaque match du barca, qu’à lui seul rend nerveux une défense et donne confiance à son équipe, on est en droit de se poser des questions.

Très peu d’équipes en Europe semblent autant dépendantes de leur meilleur joueur que ce barca là. L’équipe, le système, le jeu à été construit en tenant compte qu’il y avait dans les rangs un joueur de la trempe de Messi. Bien plus qu’un CR7 au Real Madrid, ou qu’un Ribery au bayern Munich, le FCB sans Messi ne fait plus peur. Hier soir sur les 23 tirs Barcelonais seulement 2 ont été cadrés… lorsque l’on connait la propension qu’a Messi à cadrer ses tirs cela laisse songeur.
Son entrée sur une jambe, l’a bien prouvé il ramène de la verticalité au jeu barcelonais et sait se montrer décisif en cassant les lignes par ses passes ou ses dribbles. Sa présence sur les vingts dernières minutes hier soir n’ont pas aggravé sa blessure et il devrait être préservé jusqu’au prochain match européen du FC Barcelone.

La ligue des champions continue pour le FC Barcelone

Les arguments avancés ne le sont en aucun cas pour minimiser la très belle prestation Parisienne, mais plutôt pour prévenir d’un excès de confiance ou de jugements hâtifs sur ce quart de finale. Les regrets parisiens ont vraiment lieu d’être car ce Barca là était plus que prenable et l’occasion était parfaite pour écrire l’histoire. Les parisiens auront acquis de l’expérience et une crédibilité européenne, à confirmer dès la saison prochaine.
De son coté, selon moi, ce Barca là peut s’avouer très heureux de retrouver le dernier carrée de la ligue des champions pour la sixième année consécutive. En récupérant des joueurs importants et opérationnels la génération dorée du barca rêve déjà de réitérer l’épopée de 2011 avec une victoire finale à Wembley… Le Barca devra pour cela récupérer ses cadres et proposer autre chose en termes de contenu et d’intensité, car le Real Madrid, le Borussia Dortumund ainsi que le Bayern Munich, eux tournent déjà à plein régime !

[RDV demain matin à 12H pour le tirage au sort des ½ finales de la ligue des champions