Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


La simulation de l'attaquant fait-elle partie du jeu ?


Récemment, Mathieu Valbuena a simulé une faute générant un coup franc victorieux. Ce genre de pratique fait-elle partie du Foutebol moderne ? Pour répondre à cette question, Foutebol a demandé son avis à Angel Magic Marcos.



Angel Marcos : "Qui a joué au football, de surcroît au poste d'attaquant, sait qu'on peut se laisser aller inconsciemment à ce genre de pratique.
Le joueur de football est un peu comme un enfant. Il fait ce qu'on lui permet de faire. Il s'agit avant tout d'un problème d'éducation. Maintenant, il faut également souligner l'importance de la culture footballistique du corps arbitral. Qui a joué au football, de surcroît au poste d'attaquant, sait qu'on peut se laisser aller inconsciemment à ce genre de pratique. La moralité individuelle de chacun n'étant pas forcément remise en cause suivant tel ou tel type d'action. Un arbitre peut se faire berner dans un sens comme dans un autre, sans pour autant que le joueur ait eu une mauvaise intention".


"Il faut avoir du recul par rapport à ça et une analyse plus en profondeur."
L'éthique ne prend pas toujours le dessus sur la pression du résultat. On analyse différemment les conséquences d'une simulation si celle-ci a une influence immédiate sur le score final. Suivant bien sûr l'équipe qu'on supporte : c'est bien ou c'est mal. A mon époque, qui est désormais révolue, en tant que joueur, on s'efforçait de gagner sans tricher. Mais il existait déjà des faits de jeu prêtant à confusion. Le joueur ne doit pas être systématiquement incriminé. Il faut avoir du recul par rapport à ça et une analyse plus en profondeur.


"Prendre des coups est le quotidien d'un attaquant et il le sait."
Le type de jeu de l'attaquant est très important. Un dribbleur va forcément subir plus de fautes de la part des défenseurs. Certains bénéficient même de traitements de faveur. Il peut alors se laisser aller à un certain "ras le bol". Prendre des coups est le quotidien d'un attaquant et il le sait. Alors si peu qu'il ne daigne pas sauter pour éviter un tacle et se laisser accrocher pour obtenir une faute... Je ne le cautionne pas mais peut facilement le comprendre. Après c'est à l'arbitre de prendre la bonne décision.


La simulation de l'attaquant fait-elle partie du jeu ?