Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


La leçon


On pouvait légitimement s'attendre à un quatrième et dernier clasico de la saison un peu bridé, tant les précédents nous avaient laissé sur notre faim. Précédée de polémiques extra-sportives, la rencontre aurait pu prendre un visage à l'image du climat malsain qui l'a entourée. Que nenni! On a enfin assisté à un vrai match de football, avec une domination du Barça de tous les instants.


Côté compo, Mourinho a choisi de se passer d'Özil et Benzema, titularisant Kaka, Diarra et Higuain en pointe. Au Barça pas de surprises. Puyol démarrant comme au match aller sur le flanc gauche de la défense catalane. Obligé de marquer pour se qualifier, on attendait de voir comment le Real allait s'y prendre. Le match démarrait d'ailleurs tambour battant sans aucun round d'observation. On va très vite s'apercevoir qu'on est parti pour passer une bonne soirée. Le Barça entend rester maître chez lui et va entamer dès lors son récital.

Une possession de balle hallucinante

La leçon
Seulement pour marquer, il faut avoir le ballon. Et le Real va passer une grande partie de son temps à courir après. Bon, on pourra toujours épiloguer sur le but refusé à Higuain, qui aurait pu changer le cours de la rencontre. Mais on n'est pas certain non plus que Valdès ait fait tout le nécessaire pour parer la frappe de l'Argentin, ayant entendu au préalable le coup de sifflet de Monsieur De Bleeckere sanctionnant une faute peu évidente de CR7. On avait néanmoins la preuve que les Madrilènes saisiraient la moindre opportunité.

Marcelo répond à Pedro

L'ouverture du score par le Barça allait survenir quelques instants plus tard. Un caviar d'Iniesta pour Pedro (qui profitait de l'excellent appel de balle de Villa), et le jeune attaquant blaugrana trompait Casillas. Andres Iniesta à la baguette qui a le don 'd'inventer " des passes. Un peu, pour ceux qui s'en souviennent, comme celles que délivrait son coach, lorsqu'il portait la même tunique... Le Real bien qu'archi dominé, aura le mérite d'égaliser par Marcelo, suite à un excellent travail de Di Maria, de loin le meilleur "Galactique" hier soir. Un match nul qui ne reflète pas la physionomie du match, mais qui aura au moins le mérite de contenter tout le monde...

Mack Bolani