Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


La coupe est vide


Dire que l'attrait pour la Coupe de France est relégué au second plan relève du doux euphémisme. Pourtant, la compétition a longtemps été considérée (à juste titre) comme la plus populaire de l'hexagone...


Un gain superficiel

La coupe est vide
Il fut un temps, pas si lointain, où le tirage de la Coupe de France était autant attendu que l'arrivée du tiercé ou les résultat du loto ! Révolu. Ce manque d'intérêt désormais banalisé s'explique au moins par deux raisons.

Primo : la création et l'émergence de la coupe de la ligue, dont la manne financière fait perdre la raison aux présidents, est devenue aujourd'hui un objectif à haute priorité.

Secundo : la disparition en 1999 de la coupe d' Europe des vainqueurs de coupes, entraîne une simple qualification pour le vainqueur de son pays pour la Ligue Europa.



La Coupe des Vainqueurs de Coupes victime des enjeux financiers

Sa simple existence était pourtant la "carotte" qui sublimait ses petites sœurs au niveau national. On était fier de gagner la coupe de France, de se voir remettre le trophée par le président de la république...heu, c'est p'têt' ça aujourd'hui qui coince !!! Et de disputer la deuxième plus importante coupe d'Europe (oui oui, avant feue la coupe de l'UEFA) restait un honneur. Ce ne sont pas nos amis du PSG qui diront le contraire.



Une confrontation nord sud

La première demi-finale qui nous est proposée ce soir, opposera deux anciens vainqueurs. Le leader du championnat, Lille, partira favori devant l'OGC Nice. Les Nordistes ayant vécu une véritable histoire d'amour avec la Coupe, puisqu'il l'ont remportée à cinq reprises (1946,47,48,53,55)! Le Lillois Marceau Somerlinck étant le premier joueur à se l'adjuger également cinq fois.
La dernière victoire des Niçois est plus récente, puisque c'est en 1997 que les "Aiglons" terrassaient l'En Avant Guingamp aux tirs au but.



Les Niçois ont tout à gagner

Lille est aujourd'hui quasi assuré de disputer la Ligue des Champions la saison prochaine. Donc remporter la Coupe de France ne restera qu'un succès honorifique. Mais on aime entre dire Rudi Gacia : "Et oui, la Coupe de France peut intéresser un leader du championnat.".

Les Niçois n'ont plus que la Coupe pour espérer participer aux futures joutes européennes. Et pourraient même se permettre de perdre en finale, s'ils affrontaient un Paris Saint-Germain lui aussi qualifié pour la Ligue d es Champions. Ça vaut l'coup de se remuer, nan ??




Nostalgie, nostalgie...

29 mai 1955
Lille OSC - Girondins de Bordeaux : 5-2 (4-1)
Stade Olympique Yves-du-Manoir
49 411 spectateurs-Recette: 20 411 725 F
Arbitre M. Louis Fauquemberghe

Buts Vincent (7'), Douis (28' et 31'), Bourbotte (35' et 75') pour Lille; Woznieski (41') et Skander (64') pour Bordeaux.
Lille OSC
Jean Van Gool - Antoine Pazur, Guillaume Bieganski, Robert Lemaître - Roland Clauws, Marceau Sommerlinck - Yvon Douis, André Strappe (cap.), Gérard Bourbotte, Jean Vincent, Bernard Lefèvre
Entraîneur : André Cheuva

Girondins de Bordeaux
Jean Guy Astresses - Simon Janczewski, Manuel Garriga, Jacques Grimonpon (cap.) - Jacques Debeillex, Joop De Kubber - Raymond Wozniesko, Édouard Kargu, Abdelhamid Skander, Ben Mohamed Abdesselem, André Doye
Entraîneur : André Gérard

10 mai 1997
OGC Nice - EA Guingamp Score 1-1 (1-0, 1-1), 4 tirs au but à 3
Parc des Princes
44 131 spectateurs Arbitre M. Alain Sars
Buts Youssef Salimi (21') pour Nîce; Nicolas Laspalles (78') pour Guingamp
Les tirs au But dans l'ordre : Roberto Onorati, Thierry De Neef, Frédéric Tatarian, Louis Gomis (raté) et Arjan Vermeulen ; pour Nice : Stéphane Carnot (raté), Yannick Baret, Christophe Horlaville, Jean-Luc Vannuchi et Claude Michel (raté) pour Guingamp

OGC Nice
Bruno Valencony - Henri Savini (puis Thierry Crétier, 77'), Youssef Salimi, Frédéric Tatarian, Olivier Fugen (puis Arjan Vermeulen, 91') - Louis Gomis, Roberto Onorati, Frédéric Gioria (cap.) - Thierry De Neef, Andrzej Kubica, Mohammed Chaouch (puis James Debbah, 83').Entraîneur : Silvester Takač

EA Guingamp
Angelo Hugues - Jérôme Foulon (puis Jean-Luc Vannuchi, 101'), Marek Jozwiak, Gheorghe Mihali, Nicolas Laspalles - Richard Lecomte (cap.) (puis Stéphane Carnot, 51'), Claude Michel, Charles-Edouard Coridon - Yannick Baret, Daniel Moreira (puis Christophe Horlaville, 64'), Christopher Wreh. Entraîneur : Francis Smerecki