Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


La clé Deschamps


La première sortie estivale des Bleus s'est soldée par un 0-0, qui interroge les supporters que nous sommes. Logique ou inquiétant ?


Evra toujours présent

Tout a été dit ou presque sur la prestation de l'équipe de France version Deschamps. L'avis général étant que rien n'a beaucoup changé. En terme de jeu, peut-être. Mais si le premier match d'un nouveau sélectionneur se transformait en feu d'artifice, on le saurait depuis lontemps. Car ça n'est pratiquement jamais arrivé. Deschamps qu'on le veuille ou non a déjà posé sa patte sur les Bleus, et a donné quelques réponses aux questions que tout le monde se pose.
Le capitanat reste confié à Lloris. Et on ne serait qu'à moitié surpris que Mandanda en hérite en cas de forfait du gardien lyonnais. Le brassard au gardien et pas de lutte de pouvoir. On verra. Derrière, le taulier s'appellera Evra. A cela deux raisons. Deschamps s'appuie sur la longue expérience du capitaine de MU, et connaît celui qu'il a eu sous ses ordres à Monaco comme s'il l'avait fait. Et Evra le lui rendra.

Une charnière centrale rajeunie

Au centre de la défense, le sélectionneur semble vouloir faire table rase du passé. Exit Mexes et Rami (qu'on n'est peut-être pas prêts de revoir), et place à la jeunesse. Deschamps mise sur une paire Sakho Koscielny. Ce dernier forfait, c'est Yanga-Mbiwa qui a été titularisé. Quand on sait que le 4ème défenseur central sélectionné s'appelle Varane (19 ans), on imagine facilement la suite. Encore un signe fort. La présence de Gonalons et Mavuba en milieux défensifs en est un autre. Deschamps montre ainsi qu'il pourra se passer de M'Vila. La première sélection d'Etienne Capoue nous conforte dans cette optique. Nasri Ménez et Ben Harfa pourraient également être bannis. Car Deschamps ne s'embarassera pas d'une gestion d'egos surdimensionnés.

Giroud et Benzema associés

Tout le monde en parlait, Deschamps l'a fait. Il a osé associer Benzema et Giroud. Certes le résultat escompté peut soulever quelques doutes, mais on y voit là encore comme un signe. On peut penser que les doutes et les inquiétudes nés de la première copie rendue par Didier Deschamps, viennent plus du score que de la prestation des Bleus. A cinq centimètres prêt et sans un arrêt de grande classe de Lloris, un 2-1 en faveur de l'équipe de France n'aurait rien eu d'illogique. Et aurait peut-être éteint les incertitudes d'aujourd'hui. L'autre information, c'est que le sélectionneur donnera leur chance à des joueurs qui mouilleront le maillot pour lui. En son temps, Aimé Jacquet s'était mis la France à dos en se privant des Dieux vivants qu'étaient Cantona et Ginola pour l'Euro 96 en Angleterre (en plus !) Pour laisser éclore sereinement le talent naissant de Djorkaeff et... Zidane. Avec le résultat qu'on sait. Ah j'oubliais. Le capitaine s'appelait Didier Deschamps.