Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


La Chine et le Foutebol : témoignage


Passer d'une Ligue 2 française à son équivalent chinois (China League One), c'est le pari osé qu'a réalisé Anthony Debant. Une expérience sportive et humaine, riche en découvertes, émotions, surprises... Entretien avec le préparateur physique d'un club de D2 Chinoise.


La deuxième puissance économique mondiale abrite 1,3 milliards d’habitants

Anthony Debant - Marie Delage - Foutebol
Anthony Debant - Marie Delage - Foutebol
Sous le contrôle du Parti Communiste (parti unique), le pays s’est ouvert avec frénésie à l’économie de marché (il devient même le « prêteur » des pays en dettes) et tente de faire coexister une nouvelle classe moyenne, instruite et formée, avec un monde paysan traditionnel. Tout cela va très vite et le pays est un chantier permanent. Deux points « durs » et potentiellement problématiques subsistent :

1 - l’exigence d’une croissance annuelle forte, indispensable pour éviter chômage et troubles sociaux .
2 - La politique de « l’enfant unique », pour certains, véritable bombe à retardement à l’horizon 2040 du fait d’un déséquilibre des structures générationnelles.

En attendant, la Chine est la deuxième puissance économique mondiale.



"Il a fallu que j'adapte mes séances"

Anthony Debant à l'endroit - Marie Delage - Foutebol
Anthony Debant à l'endroit - Marie Delage - Foutebol
C'est dans ce contexte, aux antipodes du monde occidental, où la middle class tente de se structurer, que débarque début juillet Anthony Debant.
  • La ville : Dalian. 8 millions d'habitants, 3ème port de Chine.
  • Le club : Dalian Aerbin F.C, candidat à la montée en Super league (L1).
  • Le job : préparateur physique

"Fabien Bossuet que j'avais rencontré en stage à DMVE" (Dix Mois vers l'emploi, une structure patronnée par l'UNECATEF), exerçait à Dalian et venait d'être sollicité par Le Mans. Il a proposé mes services pour prendre sa succession et j'ai immédiatement accepté", nous confie Anthony.

Son arrivée coïncide avec une mini trêve de sept jours, ce qui lui permet de se familiariser avec l'environnement et de prendre ses marques. « La préparation physique en Chine n'en est qu'au stade embryonnaire. Jusqu'à présent, on privilégiait la quantité à la qualité. Il a fallu que j'adapte mes séances. Plus courtes, plus rythmées, plus toniques. » Un changement radical pour le footballeur asiatique, mais qui a néanmoins obtenu une large adhésion.

« Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le footballeur chinois n'est pas très "courageux". Il est difficile à faire courir et ne développe qu'une faible VMA (Vitesse Maximale Aérobie), ce qui semble s'expliquer génétiquement. Je leur ai inculqué la différence entre la force et la puissance, notamment. Sans parler de la diététique où là, le joueur est carrément ingérable. Ce qui nécessite de convoquer les Chinois deux jours avant le match, tandis que les étrangers n'arrivent que la veille. Hallucinant !. »

"Nous disposons de 32 joueurs dont 4 gardiens"

Anthony Debant à l'envers - Marie Delage - Foutebol
Anthony Debant à l'envers - Marie Delage - Foutebol
Faire passer son message à l'aide d'un interprète anglo-chinois, « les Chinois ne parlent pas l'anglais », afin d'atteindre les objectifs fixés dans un championnat très hétérogène, telle est sa mission au quotidien.

« Ici il faut composer avec différentes situations. Déjà l'effectif des clubs est surdimensionné. A Dalian nous disposons de 32 joueurs dont 4 gardiens. Il n'y a pas d'équipe réserve et la formation est inexistante, ce qui pose des difficultés majeures. Les jeunes manquent considérablement de temps de jeu et on préfère recruter. Des joueurs étrangers, souvent sud-américains ou de l'Europe de l'Est, car leur nombre est limité à quatre par club. Trois sur le terrain et un sur le banc. » Et pas à moindre coût, car les budgets sont très conséquents. « Avec un des plus gros budgets de China League one, nous ferions partie des moins riches en Super League !»

A titre d'exemple le récent recrutement par le club de Guangzhou Evergrande de l'Argentin Dario Conca, avec à la clé un contrat de 26 millions d'euros sur deux ans et demi, soit un salaire de presque 900 000 euros par mois ! Ce qui en fait le 5ème joueur le mieux payé du monde derrière Wayne Rooney, Cristiano Ronaldo, Carlos Tevez et Lionel Messi .

« Les salaires des joueurs de Super League sont inquantifiables, résume Anthony, contrairement à ceux de China League One qui sont plutôt bas, mais agrémentés de fortes primes. » Guanzou Evergrande, qui ne se veut ni plus ni moins que le « Chelsea asiatique » d'ici cinq ans, incarne à la perfection la métamorphose du football en Chine. "Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera" avait prédit Napoléon. Si l'Empereur ne parlait pas de football, sa vision colle aujourd’hui parfaitement au transfert conclu par le Guangzhou Evergrande. Quand l'Empire du Milieu (et ses milliardaires) s'immisce pour de bon dans l'empire du ballon rond, c'est toute la planète football qui est secouée.

« L’œil de l'Européen ne peut pas encore bien discerner le paysage foot chinois et ses contours, explique le préparateur physique français. Car l'ascension est encore récente. Pour autant, si l'argent est roi, les dirigeants accordent un très grand intérêt à leurs staffs sportifs. Là-bas, un préparateur physique est reconnu au même titre qu'un entraîneur. Comme en plus la France jouit d'une très bonne réputation, je bénéficie d'un contexte très favorable et motivant pour exercer. C'est une expérience aussi riche humainement que sportivement. ».

Si preuve il fallait, le titre de champion de China League One synonyme d'accession obtenu par son club de Dalian Aerbin., en serait la meilleure...
Anthony Debant - Marie Delage - Foutebol
Anthony Debant - Marie Delage - Foutebol