Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


L'OM au pied du mur


En accueillant un Stade Rennais ambitieux, l'Olympique de Marseille n'a d'autres choix que la victoire.


Ça doit fumer grave dans la tête de la Desche en ce moment. Déjà, l'entame plus que poussive de son équipe doit le mettre dans un état d'énervement paroxysmal. Même s'il avait imaginé la difficulté de la tâche, la forme a laissé à désirer. La défense marseillaise étant aux abonnés absents plus souvent qu'à son tour. Quand on connaît l'importance qu'attache le coach marseillais à l'assise de son arrière garde ! Le problème c'est qu'à la veille d'affronter les Bretons, Didier Deschamps devra se passer de Nkoulou suspendu trois matches et de M'Bia blessé.

Eviter la crise

Tout autre club que l'Olympique de Marseille, à l'exception du PSG et à un degré moindre l'Olympique Lyonnais, gérerait une telle situation avec patience et philosophie. A Marseille c'est impossible. L'urgence de résultats est le pain quotidien de toute la cité phocéenne. Le stress est permanent, et l'exigence des supporters surdimensionnée. Pour se refaire la cerise, le Stade Rennais n'est pas le meilleur des adversaires. La défense bretonne encaisse beaucoup de buts mais en plante également un paquet. Et possède en la personne de Jonathan Pitroipa un attaquant capable de perforer n'importe quelle défense.

Gignac en grâce ?

Pour ajouter aux problèmes déjà nombreux auxquels doit faire face l'entraîneur phocéen, son meilleur joueur est également à l'infirmerie. André Ayew souffre d'une lésion aux adducteurs et devrait être absent dix à douze jours. Une tuile dont la Desche se serait bien passée. Assistera-t-on pour l'occasion au retour en grâce d'André-Pierre Gignac ? Après son retour au bercail inopiné, Dédé sera-t-il la solution offensive espérée par son coach ? Devant la difficulté, Didier Deschamps a fait sa réputation, sachant s'adapter et réagir avec promptitude et rigueur. Samedi soir il devra trouver la solution. Le Vélodrome en frémit déjà d'excitation. Gare à ce que les ovations ne se transforment pas en protestations vindicatives. Le taf de la Desche en somme...