Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


L'Espagne et l'Italie au rendez-vous


La Squadra Azzurra et La Roja ont validé officiellement leur ticket pour l'Euro. Les Pays-Bas, officieusement...


Honorer son statut de favori, l'Espagne et l'Italie l'ont réalisé mardi soir sans trembler (ou presque). L'Italie, même si elle n'effraie plus ses adversaires comme ce fut le cas il n'y a encore pas si longtemps, incarne toujours la compétitivité extrême. Et fait fi des frasques de certains de ses éléments, pour être présente aux grands rendez-vous. Même sans les individualités qui furent les siennes, et avec un Cesare Prandelli qui découvre le rôle de sélectionneur. Même s'il leur a fallu attendre la 85ème minute et un but de Giampaolo Pazzini pour atteindre la délivrance, ils ont gagné et se sont qualifiés. Très loin d'une équipe de France en pleine reconstruction, qui peut simplement avancer comme excuse qu'elle est repartie de zéro. Alors attendons.

L'Espagne déroule

Là on avait plus de certitudes. Après le résultat nul (2-2) samedi soir entre l'Ecosse qui recevait la république Tchèque, une victoire suffisait hier soir aux champions du monde face au Liechtenstein pour avoir le droit de visiter la Pologne et l'Ukraine en juin prochain. Une bagatelle. Un logique 6-0 prouvant l'écart , le fossé, qui sépare les deux sélections. L'occasion également pour Xavi de devenir l'Espagnol le plus capé (103 sél).

Les Pays-Bas aussi

Peut-on affirmer que les Pays-Bas se sont également qualifiés mardi soir ? Mathématiquement, non. De manière réaliste, oui. Les protégés de Bert van Marwijk, après leur succès en Finlande (0-2), possèdent six points d'avance sur la Suède (vainqueur à Saint-Marin 0-5), avec une différence de but de + 29, contre + 18 pour les Nordiques. Un résultat nul face à la Moldavie le 7 octobre suffirait aux Bataves, même si avec deux défaites ils pourraient quand même se qualifier. L'Angleterre dans une situation quasi identique ne devrait pas tarder à rejoindre ce trio. Les gros sont là et bien là, et c'est tant mieux. Reste à la France à les imiter. Ce sera plus dur.