Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Juventus : la vieille dame vit encore


Quatre ans seulement après son retour en Série A, la Juve s'est de nouveau installée en tête du Calcio. Une renaissance tellement rapide qu'elle laisse beaucoup de questions en suspens.


Au delà de l'hégémonie milanaise qui risque d'être écornée, c'est plus la vitesse à laquelle les Piémontais sont revenus au sommet qui impressionne. Rétrogradés à l'issue de la saison 2005-2006 suite au scandale du Calciopoli, les Turinois avec Didier Deschamps aux commandes, avaient réussi le tour de force de terminer champion de Série B malgré un handicap de neuf points. Une performance très certainement en deça de celle que d'avoir réussi à conserver la quasi intégralité de l'effectif.

Les grands clubs ne meurent jamais

Les exemples sont nombreux qui étaieront ces exploits. Les Marseillais en leur temps avaient dû patienter trois saisons avant de retrouver l'élite suite à leur rétrogradation consécutive à l'affaire VA-OM. Avec un effectif chamboulé et beaucoup de difficultés. On voit aujourd'hui où en est l'AS Monaco, qui se morfond à la dernière place en Ligue 2, quatre mois après sa descente aux enfers, et dont l'ossature de Ligue 1 est partie en fumée. Alors pourquoi y arrive-t-on en Italie et pas en France ? On peut d'ailleurs supposer que si une telle mésaventure était arrivée au Milan AC ou à l'Inter, le résultat aurait été le même.

La culture du maillot

La réalité est qu'on ne vit pas le Foutebol de la même façon qu'on joue d'un côté ou l'autre des Alpes. Élevé au rang de religion en Italie, le sport national ne génère pas la même passion ni culture dans l'hexagone. Et cela va au delà du strict aspect financier. Le joueur italien en général, honore contrats et maillots. Avec fierté et amour. Prêt à faire des "sacrifices" financiers pour les besoins de la cause. On n'en est pas là dans le championnat de France, où le mercantilisme chez les joueurs est devenu priorité.au détriment de la survie, l'historique, l'amour d'un club ou d'un maillot. Il s'agit bien là d'éducation et de culture...où en France il reste beaucoup de progrès à faire.