Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Juventus - Bayern : On y était, on y croyait


Un match de Ligue des Champions à la télé, c'est bien. Au stade, c'est mieux! Dans la Curva Sud du juventus Stadium, c'est le top pour un supporter. Et comme j'en suis un, j'étais au paradis mercredi soir. Récit d'un périple à ne pas oublier.


Juventus - Bayern : On y était, on y croyait
Mardi soir, alors que Galata tape sur le Real et que Malaga surprend tout le monde, quelques groupes de supporters de la Juventus de Turin viennent de prendre place dans leur carrosse. Le groupe des "Drughi Belgio Colfontaine" sera installé le lendemain, à la même heure, dans la Curva Sud. Ces moments ils les attendent toutes les semaines.

Après une nuit et une matinée de voyage, les voilà arrivés à Turin. Alors que le stade se profile au loin, les premiers chants du matin se font entendre. Mais il faudra encore attendre une bonne heure avant de se retrouver au pied du Juventus Stadium.

Une fois arrivés, les supporters se séparent. Certains commencent par se rassasier, d'autres partent s'en mettre plein les yeux. Et pour cela, quoi de mieux que le Juventus Store, l'une des pièces du paradis des supporters. Là-bas, difficile de ne pas céder à la tentation de vider son porte-feuille. Et ce constat est aussi valable aux alentours du stade, tant les échoppes sont nombreuses et garnies de noir et blanc. 

Mais le clou du spectacle est bien au coeur du Stade. Alors que les supporters de la Curva Sud sont les premiers arrivés et que le stade est encore presque vide, les premiers chants raisonnent déjà avec une grande intensité. Les tribunes se remplissent petit à petit, à mesure que la tension monte au sein des supporters. La vielle dame rêve de réaliser l'exploit de remonter deux buts au grand Bayern. Ses supporters ont cette même envie et sont là pour la soutenir. 

Arrivés sur la pelouse, les joueurs sont applaudis puis appelés. Deux fois, ils ont dû stopper leur échauffement pour remercier les tifosi, qui les voulait sous la tribune. Tous les joueurs, ou presque, on eu droit à leur chant. Et celui qui l'a le plus honoré est sans doute Bonucci, adressant un signal rageur à toute la tribune pour son plus grand plaisir.  Quand le speaker a fait son entrée sur la pelouse, les supporters se sont apprêtés à frissonner. L'hymne de la Ligue des Champions puis celui de la Juventus, le tout accompagné par de superbes tifos, magique. 


Juventus - Bayern : On y était, on y croyait
A l'heure du coup d'envoi, les supporters sont chauds bouillants. Durant une mi-temps complète, les chants n'ont pas lâché l'équipe. Le supporters du bayern ont bien tenté de donner de la voix. Mais chaque chant lancé était surmonté par les sifflets puis les chants italiens. A la mi-temps, le score est nul et vierge et la Juventus a déjà perdu quelques unes de ces maigres chances. Mais les supporters y croient, encore et toujours. "Noi vogliamo undici leone", "Dai ragazzi, noi ci crediamo", sont deux des nombreux chants entendus. La traduction, si vous ne la connaissez pas, vous la trouverez facilement.

Après un peu plus d'une heure de jeu, alors que le géant bavarois met un terme aux espoirs de la vielle dame, ses supporters continuent de l'encourager. Les joueurs se battent, ils le feront aussi. Si certains ont pris un gros coup au moral, les plus fervents sont bien décidés à perdre leur voix pour leur équipe. Jusqu'à la fin du match, même le deuxième but allemand n'a pas arrêté les supporters.
La suite, c'est l'élimination de la Juve et l'échange d'applaudissements entre joueurs et tifosi. Un moment de partage qui sera l'un des derniers souvenirs de ce séjour en Italie. La suite est triste, puisqu'elle prend la direction de la Belgique et s'éloigne du stade, des joueurs, de cette ambiance...

Retrouvez mon debrief du match et mon reportage photo sur ma page facebook en cliquant ici !