Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Juventus : A quoi peut-on s'attendre cet été? (avec vidéo)


Après une belle saison, un retour en Ligue des Champions et bientôt un deuxième titre d’affilée en Serie A, la Juventus s’apprête à vivre un été important. L’objectif : monter une équipe capable d’aller plus loin que cette année en Ligue des Champions, même si les Turinois sont tombés face à l’une des équipes les plus en forme de la saison. Décorticage.



Juventus : A quoi peut-on s'attendre cet été? (avec vidéo)
Pointée du doigt, l’attaque de la Juventus sera le principal chantier de ce mercato estival. Le seul transfert déjà acté, celui de Llorente, annonce ce changement. Le second pourrait être celui d’Ibrahimovic, qu’on annonce depuis quelques jours avec insistance.

Le retour du mercenaire, gitan, judas ?
Ibrahimovic, c’est une assurance but. Et l’assurance ou presque de gagner le championnat. Mais le suédois a quitté la Juve dans un moment délicat pour vagabonder chez l’ennemi. Zlatan le nombriliste n’est donc plus forcément le bienvenu à Turin. De plus, le collectif bianconero ne colle pas à son image. Difficile d’imaginer Ibra’ se fondre dans ce dernier.

Ibra-Juve, incompatibles ?
C’est sans aucun doute à la Juventus, à l’époque, que le géant suédois a le plus mouillé le maillot. Si son caractère était déjà perceptible, il jouait pour son équipe. Avec l’âge, il a gagné en qualité mais perdu en modestie. S’il rejoint la Juve, c’est qu’il concède une réduction salariale. Le signe qu’il n’y va pas pour l’argent. Un signe, aussi, qu’il est prêt à se donner pour le club. Conte, lui, devrait pouvoir se charger du reste. Comme Capello à l’époque, il pourrait gérer le suédois. Mais tout cela reste au conditionnel, bien sûr.

Et Ibra-Llorente, compatibles ?
Llorente a signé gratuitement puisque son contrat arrivera à terme en juin prochain. Pointé du doigt comme un titulaire en puissance, on peut se demander s’il serait complémentaire à Ibrahimovic. Le Suédois, véritable point de fixation dans le rectangle parisien, a toujours joué davantage en décrochage en Italie. Il pourrait donc être un bon complément à Llorente, pour former une paire technique et puissante.

Un investissement
Ibrahimovic a 14 millions de raisons de rester à Paris comme on dit. S’il débarque à Turin, c’est pour un salaire moindre. Mais de combien ? Quelle que soit cette somme, l’investissement sera de taille pour un joueur de 31 ans. De plus, le club devra débourser entre 10 et 15 millions pour s’attacher les services de l’attaquant, s’il manifeste ses velléités de départ et que Paris accepte de le « brader ». Un frein à ce transfert.

Et le reste ?
Vucinic, Giovinco, Matri, Quagliarella et Bendtner. C’est avec ces 5 attaquants que la Vielle Dame a débuté sa saison. Privée de Bendtner un long moment, Anelka a débarqué. Lui et Bendtner rentreront bientôt au bercail. Vucinic et Giovinco devraient rester mais les deux autres, ou au moins l’un d’eux, quittera Turin. Le plan de base semblait être l’achat d’un attaquant pouvant jouer à la fois dans le 3-5-2 de Conte et à droite de son 4-3-3. Sanchez étant la préférence de tout le monde ou presque, l’affaire reste difficile. Si Ibra’ devait arriver, la Juventus pourrait transférer un véritable ailier plutôt qu’un profil polyvalent. On parle d’Alessio Cerci, en force chez le voisin turinois qui lui a offert la Nazionale. Le nom de Diamanti, aussi, a été cité. Reste à savoir si Conte veut réellement pouvoir compter sur deux schémas tactiques l’an prochain. Si cela n’est pas le cas, plus besoin d’un ailier droit. Mais l’une des forces de la Vielle Dame l’an dernier était de varier sa tactique, ce qu’elle n’a pas pu faire en l’absence de Pepe, seul ailier droit de formation.

Les pistes probables
Vucinic, Giovinco, Llorente. Cela en fait trois, il en manque deux. Voici les différentes pistes envisagées.

Les attaquants qui peuvent jouer dans l’axe ou à droite : Sanchez, Suarez, Diamanti, Gabbiadini.

Les attaquants purement axiaux : Ibrahimovic, Jovetic, Icardi, Muriel, Belfodil, Immobile, Gomez, Higuain., Osvaldo.

Le flanc droit : Cerci.

Sans oublier les attaquants pas encore partis : Quagliarella et Matri.

Si Conte veut varier son schéma, un attaquant de la deuxième catégorie est nécessaire. Si Gabbiadini s’est sacrifié sur un côté à Bologne, son poste de prédilection reste celui d’attaquant axial. Diamanti, lui, est habitué au côté droit mais n’est pas un véritable joueur de couloir. Suarez et Sanchez, eux, semblent trop chères sauf si le second est prêté par Barcelone (on parle d’un prêt payant de 5 millions avec option de rachat de 25).
Si, par contre, Conte ne veut plus miser que sur le 3-5-2 et ne compter que sur le seul Simone Pepe pour le 4-3-3, n’importe quel attaquant de cette liste peut débarquer. Quaglia et Matri pourraient renflouer les caisses de 20 millions alors qu’Immobile et Gabbiadini, en copropriétés, seraient gratuits ou presque. Un échange Quagliarella-Osvaldo fait aussi partie des rumeurs tandis que tous les autres noms cités peuvent faire l’objet d’un transfert.

Juventus : A quoi peut-on s'attendre cet été? (avec vidéo)
Après l’attaque, c’est au milieu de terrain que ça pourrait bouger à Turin. Entre possible vente et besoin de renforcer le banc, ça travaille dans la tête des dirigeants.
Un milieu de terrain magique amputé d’un membre ?


Le MVP comme on dit là-bas. Marchisio-Vidal-Pirlo, le moteur de l’équipe et le principal artisan de son premier titre. Cette saison, l’éclosion ou l’explosion de Pogba a bousculé ce solide trio. A tel point qu’aucun des trois n’est plus inamovible. Une situation de luxe qui peut pousser au sacrifice. Vendre un élément pour investir dans un autre secteur, c’est envisageable. Néanmoins, la vielle dame aurait refusé 45 millions de la part du Bayern pour Vidal.

Inventer pour tous les disposer ?
En cette fin de saison, Conte adapte sa tactique à ses quatre perles du milieu de terrain. En 3-5-1-1 , il place Pirlo et Vidal à leur place et Pogba à celle de Marchisio, qui lui s’occupe de faire le lien entre le milieu et Vucinic, seule pointe. Conte a déclaré que selon lui « le métier d’entraîneur consiste aussi à inventer des choses afin de placer ses meilleurs joueurs sur le terrain ». Une idée sur laquelle il s’appuiera au moment de former son équipe cet été ? En tout cas, le stratège italien ne veut pas se défaire de ses perles.

Verratti, juste un rêve
C’est presque officiel : Verratti sera le successeur de Pirlo en équipe nationale italienne. Logiquement, la Juventus veut en faire ce même héritier en club. Mais l’investissement est trop lourd pour la vielle dame, qui devrait le laisser un an au PSG avant de retenter le coup.

Quels renforts ?
Pirlo a clairement besoin de repos et ce constat sera d’autant plus vrai l’an prochain. Pogba pourrait lui en donner, tout comme Marrone, jeune milieu de terrain made in Juventus qui n’a que très peu joué cette saison. Le meneur de jeu de la nazionale U21 a joué un rôle de vice-Bonucci, en défense. Il pourrait être LE renfort de ce milieu de terrain si un défenseur prenait sa place dans l’effectif. Asamoah, lui non-plus, ne joue pas à sa place. Arrivé pour renforcer le milieu et permettre à Vidal et Marchisio de se reposer sans trop perdre en qualité, il a été déplacé sur le côté gauche. Le transfert d’un latéral gauche aurait le même effet que le cas Marrone. Mais transférer un flanc gauche plus efficace que le Ghanéen coûte très chère tant ce genre de profil est rare. Il est donc plus que probable qu’il reste cantonné à son côté tandis qu’un renfort pourrait débarquer dans l’entrejeu.

Outre cela, on parle du transfert de Poli notamment, talentueux milieu italien au profil de Pirlo et Marrone. Un investissement peu crédible vu que les Turinois peuvent trouver la solution en interne. A noter qu’il reste encore 9 millions à débourser pour qu’Asamoah soit à 100% turinois, le ghanéen étant en copropriété.

Juventus : A quoi peut-on s'attendre cet été? (avec vidéo)
Le côté gauche, donc pourrait être renforcé. A droite, Lichsteiner est inamovible mais un remplaçant de taille doit lui être trouvé. Des joueurs plus adaptés au 3-5-2, aussi, sont peut-être recherchés

Asamoah a bien rempli son rôle de latéral gauche en début de saison. Mais petit à petit, le Ghanéen s’est éteint. Après la CAN, il n’a plus surpris personne réalisant des matchs moyens. Une saison qui ressemble à celle de Krasic, un milieu très rapide mais trop prévisible, que toutes les équipes ont muselé plus facilement lors de la deuxième partie de saison, alors qu’il n’était pas aidé par la fraîcheur physique. Bref, le positionnement d’Asamoah est remis en cause et un transfert à gauche est envisageable, avec les réserves citées plus haut. On parle-là d’un véritable latéral qui puisse et défendre et percuter. Le rêve se nomme Gareth Bale mais la réalité n’a pas encore de nom. Un transfert pousserait Asamoah sur le banc, prêt à remplacer ce mystérieux titulaire ou un milieu de terrain. Cette situation paraît tout de même difficile, vue le prix d’un joueur qualitativement au-dessus. Peluso, lui serait sans doute le remplaçant numéro un côté gauche ou en défense centrale, tandis que De Ceglie devrait être poussé vers la sortie.

A droite, le titulaire a donné satisfaction. Son remplaçant, par contre, a déçu. Isla d’abord, Padoin ensuite, n’ont pas eu le rendement escompté. Si le deuxième n’aura jamais les qualités techniques nécessaires, le cas du premier est très différent. Le Isla de l’Udinese était l’un des meilleurs d’Europe, ce que Barcelone avait repéré. Mais pas remis de sa blessure, il n’a pas été aidé par le peu de matchs joués en 2013. En copropriété entre l’Udinese et la Juventus, on a annoncé, à son arrivée, qu’un accord de principe entre les clubs stipulait que 8 millions seront déboursés par les Turinois en fin de saison, afin de s’attacher définitivement les services du Chilien. Ce dernier devrait pouvoir concurrencer le suisse après une préparation complète.

Juventus : A quoi peut-on s'attendre cet été? (avec vidéo)
Chiellini – Bonucci – Barzagli c’est aussi l’une des plus solides défenses d’Europe. Mais sur le banc, Lucio a vite disparu créant un petit trou dans l’effectif. Des renforts s’imposent.

Comme dit plus haut, Marrone a dû jouer le vice-Bonucci alors qu’il est milieu de terrain. Caceres, lui, a toujours répondu présent au moment de remplacer Chiellini ou Barzagli. Mais les blessures l’ont empêché de jouer avec continuité. Peluso, arrivé en hiver, a solidifié une défense blessée par les absences de Chiellini et Caceres. Mais le transfert d’un voire deux éléments paraît important. On cite le nom de Van Buyten, qui arriverait gratuitement puisqu’en fin de contrat.
Globalement, la Juventus pourrait réaliser un mercato financièrement sage. L’arrivée de Llorente gratuitement est déjà une aubaine pour le club. Mais d’autres dépensent doivent être effectuées.

La vielle dame doit encore débourser 18 millions afin de racheter les moitiés d’Isla et Asamoah. On peut s’avancer sans trop de risque en disant que cela sera fait, un accord de principe étant normalement acté. Il reste donc de l’argent à lâcher pour un attaquant (ou deux), un latéral gauche (peut-être) et un (ou deux défenseurs). Tout cela sans vendre les joueurs ayant le plus de valeur sur le marché, à savoir les milieux de terrain. La seule valeur marchande que la Juventus pourrait vendre réside en ses attaquants : Quagliarella et Matri. Coutant une dizaine de millions chacun, leurs transferts pourraient renflouer les caisses. Le hic, c’est leur salaire. Seul une petite poignée d’équipes de série A pourrait les assumer. Heureusement, il y a quelques entraîneurs italiens en Premier League…

L’autre départ qui pourrait faire du bien aux finances est celui de De Ceglie. Le latéral gauche italien est évalué à 5 millions mais pourrait surtout faire office de monnaie d’échange. La plupart des clubs italiens peuvent être intéressés par un joueur intéressant et au salaire peu élevé.
Sanchez et Jovetic font partie des attaquants représentant un lourd investissement mais qui peuvent atterrir à Turin. Ibrahimovic est le troisième. Les deux premiers couteraient 30 millions, troisième une quinzaine, avec le salaire qu’on connaît.
Diamanti, Cerci, ou les jeunes attaquants précédemment cités couteraient eux entre 10 et 20 millions.

Au-delà de l’équilibre entre qualité et quantité et des secteurs à améliorer, la Juventus doit faire attention à un paramètre : celui de la liste à déposer à l’UEFA.
Pour jouer la Ligue des Champions, il faut quatre joueurs formés au club. De Ceglie, Marchisio, Giovinco et Marrone sont ces quatre joueurs. Si l’un d’eux quitte Turin, il devra être remplacé. Immobile et Criscito, par exemple, ne rentrent pas dans les critères malgré les années passées à la Juve. Il faudra donc inscrire un jeune joueur de la primavera ou des joueurs comme Giandonato ou Pasquato, prêté ou en copropriété.

Juventus : A quoi peut-on s'attendre cet été? (avec vidéo)
La situation de la Juventus n’est pas facile. La domination nationale est désormais confirmée mais l’objectif de la société est de gagner également en Europe. Le problème réside dans le secteur financier. Si la vielle dame est une société solide, elle ne bénéficie pas des mêmes moyens que les tous grands d’Europe. Il faut donc avoir des bonnes idées, compenser par d’autres moyens.