Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Jérémy Ménez : de l’ombre à la lumière


Samedi contre l’Ukraine (2-0), Jérémy Ménez est passé par toutes les émotions. Longtemps malheureux, c’est finalement lui qui a délivré l’Equipe de France en marquant le premier but. Son sélectionneur, Laurent Blanc a aimé sa prestation et il en veut plus.


Jérémy Ménez est le joueur par excellence que l’on adore détester. Lors du dernier match de préparation des Bleus contre l’Estonie (4-0), le Parisien avait été sifflé dès son entrée en jeu et lorsqu’il touchait le ballon. Il avait fini par marquer dans les dernières secondes de jeu mais avait semblé affecté par la réaction du public.

Contre l’Ukraine, Ménez a appris sa titularisation cinq minutes avant le début du match. Et il a du vivre ce premier match de l’Euro comme les montagnes russes. D’une première période oú il a été en manque de réussite et quelque fois nerveux à son but, le milieu droit est passé par toutes les émotions.

Aligné à droite de l’attaque française, avec Benzema et Ribéry à gauche, Ménez a offert à ses partenaires de nombreuses possibilités dans la profondeur. Malgré son apport offensif, il n’a pas été heureux immédiatement et a manqué parfois de précision dans le dernier geste. Le joueur du PSG s’est cassé les dents sur trois occasions franches et, preuve de sa frustration, il a même écopé d’un carton jaune.

Finalement, c’est Jérémy Ménez qui débloque la situation et libère ses coéquipiers en marquant le premier but. Au grand plaisir de ses partenaires qui, eux, ne cessent de le féliciter et de l’encourager. “Au moment où il a raté sa première occasion, ce n’était pas évident. Il pouvait perdre confiance mais sur le terrain, j’ai lui ai dit : continue, tu vas nous faire le match“, a même révélé Franck Ribéry. Et c’est grâce à la confiance de ses partenaires qu’il a pu marquer ce premier but.

Pourtant, malgré ce match assez complet oú il a été décisif, Ménez s’est attiré les foudres de certains journalistes et d’énormément de gens sur les réseaux sociaux. Comme le dit Laurent Blanc, les joueurs de talent sont souvent agaçants. Mais Jérémy Ménez est-il seulement un joueur agaçant par ses gestes techniques et ses tentatives ou paye-t-il le fait d’être un joueur parisien?

Mathilde Zaragoza