Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


J moins 1


On ne veut pas que la montagne accouche d'une souris. C'est un feu d'artifice qu'on aimerait prendre dans la tronche. Les deux meilleures équipes européennes du moment sont capables de l'allumer.


Compte pas sur moi pour te dire qui va gagner demain soir, encore moins pour qui je suis. La question est de savoir si le grand Barça est vraiment le plus grand. Ou si les "Red Devils" de Sir Alex, dans un stade tout acquis à leur cause, sont capables de faire une cicatrice dans le prestigieux palmarès que présente le football espagnol depuis...trois ans. Rien n'est certain en football, c'est ça qui est cool. Battre le Barça, MU est en est bien sûr capable. Prendre une branlée aussi. Pour autant, si on reste un tantinet réaliste, on peut penser qu'on va voir du spectacle. Les deux formations n'étant jamais plus dangereuses qu'en attaquant. Et des atouts offensifs...tu vois ce que je veux dire ?

Deux bancs bien profonds

Ce sommet de la saison, les deux géniaux entraîneurs que sont Pep Guardiola et Sir Alex Ferguson, l'ont préparé aux petits oignons. Turnover, joueurs ménagés, acquisition du titre de champion avant la fin du championnat, absence de déclarations dans la presse, etc, etc... A priori, les deux équipes se présenteront également au complet. Pas de blessés, pas de suspendus. Tous les ingrédients sont donc réunis. Qu'est ce qui peut donc faire la différence ? Une individualité ? Y en a pléthore des deux côtés. Un coup de pied arrêté ? Peut-être. Mais l'expérience des deux équipes nous font penser le contraire. Quoi alors ?

Pas d'avantage psychologique

Il y a deux ans, on avait assisté à la même finale. Et si on mate les deux compos d'un peu plus près, on s'aperçoit qu'il n'y aura pas beaucoup de changements demain soir. Les deux équipes se connaissent par cœur, les joueurs également. Un changement tactique de Sir Alex au dernier moment ? Une surprise dans la compo ? Peut-être. Mais on ne voit pas Sir Alex se transformer en Amiral Nelson et faire ce coup de Trafalgar tant honni par les Ibériques. Celui qui procèdera à ce type de surprise, s'avouera de facto outsider. Alors ce qui peut peut-être je dis bien, faire la diff, c'est le fait de jouer à Wembley. Parce que quand t'entends 90 000 fans chanter, jusqu'à sentir leur haleine de bière sous tes narines, pas respirer pendant 90 minutes (ou plus) pour te porter là où tes forces ont abandonné, te provoquant à la fois une gaule de pirate et des poils de bras si dressés qu'ils te chatouillent les esgourdes...l'âne bâté que tu es devenu peut se transformer en pur-sang alezan !!

Mack Bolani