Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Italie - France, même pas peur


Pourquoi avoir peur des Italiens ? A chaque fois que l'équipe de France doit rencontrer ses voisins transalpins, on en fait toute une montagne ! Pourtant, rares sont les fois où ils nous ont battus, de surcroît en compétition officielle...


Deschamps ne perd pas contre les Italiens

didier deschamps - wikimedia - CC
didier deschamps - wikimedia - CC
On avance à juste titre, que l'Italie a remporté quatre coupes du monde. C'est vrai. En 1934 (chez elle) et en 1938 (chez nous), c'est Mussolini qui arbitrait ! En 1982, elle sort miraculeusement des poules du premier tour en Espagne après trois matchs nuls. Sauf que dans cette poule le Cameroun se voit refuser un but parfaitement valable, qui s'il avait été accordé aurait plongé les Italiens à la dernière place du groupe. Je me délecte à le rappeler, puisque personne ne s'en souvient. Sans parler de la victoire contre les Brésiliens (3-2), qui jouaient cette année avec un gardien en mousse ! Enfin en 2006,sans une blessure prématurée de Vieira, plus un coup de boule de Zizou, elle nous coiffe sur le fil aux tirs au but, à trois centimètres près. Ce qui nous n'avait pas empêché de les archi dominer à 10 contre 11.
Les Bleus au contraire l'ont emporté en 8ème de finale de coupe du monde 1986 (2-0), en quart de finale de coupe du monde 1998 aux tirs au but, puis en finale de l'Euro 2000 grâce à un but de Trézégol inoubliable.

Alors peut-être le joueur italien est-il meilleur que le Français ?

A ce titre, prenons la seule référence qui nous est donnée : le ballon d'or.
Personne ne m'en voudra de retirer celui attribué à Cannavaro en 2006 qui relève du grand Guignol. Côté Italien, on note Sivori en 1961, Rivera en 1969, Rossi en 1982 et Baggio en 1993 (alors que Bergkamp le méritait dix fois plus). On arrive à quatre. Chez les Français, Kopa en 1958, Platini en 1983, 1984 et 1985, Papin en 1991 et Zizou en 1998 l'ont remporté. Donc six ballons d'or si je ne m'abuse. On en tirera les conclusions qu'on voudra .
On va me parler de la Juve, du grand Milan, et j'en passe, raflant Ligues des Champions en veux-tu en voilà sur leur passage. Mais lors de ces victoires, les équipes italiennes étaient composées des meilleurs joueurs... étrangers !! Gullit Van Basten Rijkaard au Milan, Platini Boniek à la Juve, etc... J'omets volontairement l'Inter de 2010, où AUCUN des onze joueurs de départ n'était Italien ! Même pas le coach...

Alors pourquoi cette crainte, cette appréhension ?

Une chose est sûre, c'est que Didier Deschamps, lui, n'a pas peur des Italiens. Il a tout gagné avec eux, et fait ses preuves sous leurs couleurs, autant comme joueur qu'entraîneur. Il en connaît tous les rouages. Il sait comment les battre. Il ne perdait pas contre eux quand il était capitaine de l'équipe de France, on sait maintenant qu'il ne perd pas non plus debout à côté de son banc...

Jenifer Lajoinie