Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Ibrahimovic la terreur


La défense française croisera le 19 juin prochain la route du géant suédois. Un tout autre calibre que les attaquants estoniens...


A l'annonce du tirage au sort des groupes de cet Euro 2012, les dents françaises ont grincé. Pour deux raisons. Celle de se retrouver dans la même poule qu'un des pays hôtes, ce qui n'est jamais une partie de plaisir. Ukraine ou pas. Puis de devoir en découdre avec nos voisins d'Outre-Manche, qui au delà du fait d'attirer nos meilleurs joueurs dans leur championnat, nous collent en pleine face leur carte de visite européenne. En club. Sans vouloir sous-estimer le légendaire fighting spirit de nos amis britanniques, constatons quand même que celui-ci ne s'est avéré gagnant encore une fois qu'en club ! Annoncés comme favoris ou au pire outsiders de chaque compétition internationale, les Anglais n'ont pourtant rien gagné depuis... 1966 ! Même pas une finale ! On doit respecter les Anglais, mais les Français possèdent (depuis très longtemps) les arguments pour ne pas les craindre.

L'épouvantail suédois

Le troisième adversaire des Français ? On n'en a pratiquement pas parlé. A tort à mon avis. Non pas que les Suédois puissent faire valoir un palmarès des plus imposants, c'est sûr. Mais si leurs générations spontanées sont souvent espacées et peu garnies, les Suédois possèdent aujourd'hui dans leur rang un des tous meilleurs joueurs du monde. L'excellentissime Zlatan Ibrahimovic. Un attaquant et buteur hors norme, qui a remporté le titre de champion partout où il est passé, et qui a rendu fous tous les défenseurs d'Europe ! A l'heure où la défense centrale française ne montre pas toutes les garanties d'une sécurité maximale, le danger peut fort bien venir de cet homme. Qui regardera nos Mexès, Rami et autre Evra de haut, et sans aucune crainte. Plus grand, plus rapide, plus physique et technique que les trois réunis, Zlatan Ibrahimovic peut être l'ennemi public numéro un pour nos Français. C'est là, qu'il faudra savoir dépasser ses limites pour contrecarrer l'attaquant suédois. Réponse le 19 juin...

Son portrait par William Borel | Son Pas Nini par Titus