Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Goalkeeper : le mystère anglais


Nos voisins anglais ont très rarement possédé de gardiens de niveau international. Si cette carence a souvent été préjudiciable pour leur sélection, elle n'a eu que peu d'effet au niveau des clubs. Quoique (avec la voix de Raymond Devos).


Sherlock Holmes - Koyn - Wikimedia Commons
Sherlock Holmes - Koyn - Wikimedia Commons

Pelé : « J'ai marqué un but mais Gordon Banks l'a arrêté »

La France a été de tout temps louée pour la valeur de ses gardiens. De Joël Bats à Hugo Lloris en passant par Fabien Barthez, Bernard Lama ou encore Steve Mandanda, les Bleus ont aligné depuis des générations des valeurs sûres, des gardiens d'exception (ce qui signifie rigoureusement la même chose, je te l'accorde, mais bon, devant tant de talents, on perd vite ses moyens). Pas du tout le cas des Anglais. Nos amis rosbifs sont - comment dire - ben nuls en fait en gardien. Les derniers goal keepers dignes de ce nom klaxonnent déjà à trente balais d'ancienneté. Ray Clemence, Peter Shilton, David Seaman ? Bien trop irrégulier... Gordon Banks ? Trop djeun pour t'en souvenir... Mais bon, jette donc à toutes fins utiles un léger regard sur la vidéo située à droite de ce texte. A la fin, tu y verras un arrêt réflexe de Gordon Banks sur une tête de Pelé. Cette parade est souvent citée comme étant "l'arrêt du siècle". Pas faux.

Calamity James

Mieux, ou pire ! Les gardiens anglais ont plus souvent défrayé la chronique à travers leurs boulettes. Vues et revues à l'infini dans toute la planète. Le plus célèbre pour ne pas le nommer, reste et restera sûrement longtemps David James. Surnommé Calamity James pour son aptitude à réaliser des arrêts venus d'ailleurs, comme des boulettes de poussins. Il présente pourtant une carte de visite riche de 53 sélections et garde encore aujourd'hui à 41 piges, la cage de Bristol City !

Plus récemment, on se souvient également de la belle cagade de Robert Green lors de la dernière coupe du monde face aux États-Unis. Ce qui lui valu d'être remplacé le match suivant par... David James !



Est-ce la raison pour laquelle la sélection britannique court après un titre majeur depuis 1966 ?

Pas l'unique mais sûrement. Malgré ce même déficit, les clubs de Premier League présentent un palmarès continental plus qu'honorable sur les 20 dernières années. MU deux fois vainqueur de la Champion's League (1999, 2008), Liverpool une fois (2005). Les Mancuniens échouant deux fois en finale (2009, 2011), Liverpool (2007), Arsenal (2006) et Chelsea (2008). Pas mal.

Mais, à chaque fois, avec un gardien étranger dans les cages ! Et oui. Mais jamais de Français... Seul sir Alex Ferguson a franchi le pas avec Fabien Barthez . Le mystère reste donc entier. Pourquoi les richissimes propriétaires investissent des sommes faramineuses dans des joueurs de champs - souvent pour cirer le banc une bonne partie de la saison - alors qu'un investissement sur un gardien français se révélerait d'un rapport qualité/prix bien plus avantageux ?



Nouveau commentaire :