Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Falcao mieux que Messi


C'est quasiment un miracle que l'équipe d'Argentine ait arraché le point du match nul face à la Colombie...


Décidément l'Albiceleste n'y est pas. Cette nuit, sans une grande partie de son gardien Romero et grâce à la maladresse des attaquants colombiens, les coéquipiers de Javier Mascherano auraient connu une défaite des plus logiques. A cela plusieurs explications. Déjà, une charnière centrale super fébrile. On a connu Gabriel Milito et Nicolas Burdisso, pourtant rompus aux dures joutes des championnats espagnols et italiens, nettement plus sereins. Mais en ayant disputé moins de 20 matchs chacun cette saison, on peut penser qu'ils manquent de repères...mais pas de fraîcheur. Pourtant. La boulette commise à la 25 ème par Milito aurait pu coûter très cher. Une passe en retrait trop molle, Ramos qui s'en va dribbler Romero, Burdisso qui le descend en pleine surface, l'arbitre qui laisse logiquement l'avantage car Moreno déboule comme une flèche et à 10 mètres des buts tire...à côté. Pas son point fort le pied gauche au gars Daryo !!

Pas de gauchers sur les côtés

On a pu également être surpris par la composition de Sergio Batista. Était-ce un choix délibéré que de ne pas aligner de gauchers sur les côtés ? Cambiasso (complètement cramé) évoluant dans l'axe et Messi sur le côté droit. Rien à reprocher au vétéran Javier Zanetti (38 ans), mais on le préfère à droite. Jamais il n'a centré du gauche. Quant à Messi, complètement perdu dans cette équipe, on l'a vu jouer bien bas. Dans tous les sens du terme. A sa décharge, il ne trouve pas autour de lui les joueurs capables de servir de relais et jouer en passes courtes. Seul Pastore correspond à ce type de joueur. Mais il a ciré le banc toute la partie. Tevez a été le seul à pouvoir aider son pote, mais c'était pour délaisser son poste d'avant-centre, jamais comblé. Quand Batista a décidé de faire rentrer Aguero, Higuain et Gago, il était déjà trop tard.

Des Colombiens conquérants

Tu vas me dire, 0-0, y a pas dû y avoir grand chose à se mettre sous la dent ? Faux. Des occases y en a eu des deux côtés. Surtout côté colombien. La grosse occase argentine proviendra d'un caviar d'extèr de Messi qui enverra Lavezzi seul face à Luis Martinez. Mais le gardien colombien restera sur ses appuis et sortira la frappe croisée...du pied. Les coéquipiers du toujours jeune (et bon ! ) Mario Yépes s'en procureront beaucoup plus. Frappe de Falcao sortie par Romero (41e), une autre de Moreno elle aussi déviée (43e), un contre à 1000 à l'heure d'Armero ponctué d'une frappe croisée qui lèche le poteau, encore un missile de Falcao repoussé des deux poings par Romero (66e) en attendant l'énooooooooooorme cagade de Burdisso ! A 40 mètres de son but, sans regarder, passe dans l'axe pour...le Colombien Guttierez fraîchement rentré qui file seul au but ! Mais sa frappe sera une nouvelle fois arrêtée par Roméro. Deux points en deux matchs, pas de victoire, peu de jeu...si l'Albiceleste ne se réveille pas elle court au devant d'une cruelle désillusion. Pour mémoire ami lecteur...en 1982, l'Italie terminait le premier tour de la coupe du monde avec trois matchs nuls et en ayant été aussi mauvaise...pour s'emparer du trophée trois semaines plus tard !!

Diegito Mamista