Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Faites vos comptes


A l'heure de la mise en place du fair-play financier, les grandes puissances footballistiques continuent de dépenser en transferts et en revalorisation salariales improbables.


Fair-play financier : où comment jeter l'argent par les fenêtres !

On mesure souvent une grande équipe aux résultats et palmarès de fin de saison, mais désormais il faudra aussi se pencher sur les bilans comptables. Et en la matière, certains trophées européens ne seraient pas distribués de la même manière.

En effet, fini les noms clinquants de CHELSEA - MADRID ou autres grands clubs avec leurs pléiades de stars payés "les yeux de la tête". Comment attribuer du crédit à de telles équipes qui se bâtissent à coup de millions sans voir que leur comptabilité est dans le négatif - affligeant voir même exaspérant - quand au niveau population, certains pays connaissent une crise sans précédent, ces "pseudo-club" oublient les valeurs essentiels du football. La popularité. Pour tout club amateur, chaque personne qui vient assister aux matchs de son club est toujours plus enthousiaste à l'idée de retrouver des gamins du quartier ou du village évoluer ensemble et se dépasser ensemble. Cet engouement disparaît au moment ou l'argent apparaît en même temps que les gamins du quartiers sont remplacés par des "maniaco footballeurs" attirés par l'argent qui perdent la valeur humaine du club. Il en va de même à l'échelle professionnelle, où il sera toujours plus valorisant de voir des minots arriver en équipe pro et qui aura du respect pour son club en embrassant son seul écusson après un but, plutôt que de voir de grands noms s'envoler sous un meilleur soleil quand son contrat ne sera plus assez lucratif.

En attendant de voir ses clubs penser à leurs gamins qui viennent les soutenir et rêver d'endosser la tunique de leurs clubs favoris, messieurs les présidents, revenez aux vraies valeurs populaires du football ? Le spectacle et l'engouement s'en retrouveront grandit.

Yvonnick DENECHERE