Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


FC Nantes : Il eut fallu que Kita nous quitta


Oh mon dieu… Comme je suis malheureux ce jour de voir nos canaris, oui je dis NOS canaris, s’envoler pour des cieux dont seul l’abime connaît la destinée.


Il paraît que les oiseaux se cachent pour mourir, qu’il serait bon que cette maxime (Bossis) puisse être entendue par ce cher président.
Je dis « cher » seulement parce que je suis bien élevé.

En l’espace de quelques années, c’est à dire depuis 2007, le FC Nantes, le GRAND FC NANTES est retombé dans un abracadantesque n’importe quoi propre à certaines formations du football amateur.
Au menu :
- mauvais choix de dirigeants
- mauvais choix d’entraineur
- mauvais choix de joueurs

En d’autres termes, cela s’appelle le grand chelem de la loose.


J’ai cru un instant, il y a quelques temps, que le bons sens avait trouvé refuge du côté de la Jonelière en revoyant les noms de Lolo Amisse et Stéphane Ziani puis plus récemment celui de Bruno Baronchelli pour se pencher sur le berceau de cet amour chéri : le jeu à la nantaise.
Car il ne faut pas être sorti de la cuisine de Jupiter pour comprendre que si le FC Nantes doit renaitre de ses cendres, c’est par la formation qu’il le fera.
A ce titre, lorsque vous pénétrez dans le centre de formation Nantais, un énorme tifo vous accueille : Centre José Arribas.
Je me disais que ce serait pas mal que, comme dans Harry Potter, les murs se mettent à trembler si un intrus venait à faire irruption.
Attention, Kita arrive… PRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR… Qu’est ce que c’est ? Qu’est ce qu’il se passe ?... Je ne sais pas !!!! Attention !!!!!


Ces jours ci, Foutebol t’invitait et t’invite toujours du reste à te mettre à la place d’un cheikh et composer la meilleure équipe du monde, la seule capable de battre le grand Barca.

Et bien, si je devais vous inviter à prendre la place de ce bon vieux Waldemar Kita, quelque chose me dit que nous ferions tous à peu près la même chose, à savoir, décrocher son téléphone :

« Allo Coco Suaudeau ? Tu peux revenir s’il te plait ? Directeur général ! Oui c’est ça ! Merci.
« Allo Reynald ? Tu peux revenir s’il te plait ? Entraineur et manager général !
Oui c’est ça ! Merci !
Par contre Waldemar, t’es gentil mais il faut nous laisser tranquille, il faut partir maintenant, voilà, au revoir et à jamais. »

Fred Prout