Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


FC Barcelone : la patte Vilanova


La fin d’un cycle, du scepticisme, des interrogations… Voilà ce que l’on pouvait lire ou entendre sans cesse le 27 Avril 2011 suite à la conférence de presse de Pep Guardiola annonçant son départ du FC Barcelone. En effet, en laissant derrière lui 14 titres (sur 19 joués) en l’espace de 4 ans, Guardiola a définitivement inscrit son nom au panthéon des grands entraineurs en faisant de son Barcelone la meilleure équipe de l’histoire du football moderne. Malgré cela, on sentait la machine barcelonaise (à l’instar de son entraineur) fatiguée, en manque cruel de fraicheur et de motivation en cette fin de saison 2011-2012 … C’est indéniablement l’un des facteurs qui a poussé Guardiola vers une année sabbatique bien méritée.


La TITO TEAM

FC Barcelone : la patte Vilanova
C’est donc son adjoint et ami d’enfance Tito Vilanova qui est aussitôt nommé au poste d’entraineur de l’équipe A. Une première pour ce catalan qui est passé par tous les étages au sein de la maison Barcelonaise. Beaucoup disent, qu’il était le cerveau du Barca version Guardiola, et qu’il a beaucoup milité pour le repositionnement dans l’axe de Messi ainsi que pour la venue de Cesc Fabregas.

Alors que l’on s’attendait à une simple passation de pouvoir, on s’aperçoit au fil des matchs que Tito est véritablement en train de mettre sa patte sur ce FC Barcelone new look.


Une parfaite connaissance de son groupe :

Bien moins élégant que Pep à coups surs, Tito dispose d’un flegme et d’une intelligence tactique indéniable. Connaissant ses joueurs parfaitement, il n’hésite pas à faire tourner son effectif lorsque son successeur utilisait son banc avec parcimonie. Outre son passé d’entraineur à la masia (Piqué, Messi, Fabregas, ont évolués sous ses ordres en jeune) son passé plus récent d’entraineur adjoint lui permet d’avoir une connaissance infaillible en ce qui concerne les qualités mais aussi les points d’amélioration de son groupe. Il l’a vu évoluer depuis 4 ans au plus près, et de ce fait il sait exactement comment en tirer le meilleur dixit Lionel Messi. Ses choix et son coaching sur ce début de saison lui donnent raison, les joueurs titulaires ou remplaçants adhèrent et lui rendent bien.


Un mental de battant :

Un peu moins flamboyant, le barca version Tito est une véritable machine à gagner et réalise le meilleur début en Liga de l’histoire du club catalan ( 9 victoires et 1 nul en Liga / 3 victoires en LDC / 1 victoire en coupe du roi). On peut alors voir les Blaugranas nous régaler avec leurs fameuses Manita , tout comme montrer leurs tripes et arracher une victoire dans les arrêts de jeu comme contre le Celtic Glasgow dernièrement. On trouve là, la touche Vilanova avec une envie de gagner prédominante et des joueurs qui se jettent corps et âmes dans la bataille. Chose que l’on avait un peu moins auparavant lorsque le FCB version PEP ne s’en sortait pas par son jeu léché… Tito Vilanova opéré en 2011 d'une tumeur de la glande parotide semble avoir transmis un état d'esprit de combattant même dans la difficulté à ses protégés.


Un turn over ultra efficace :

Tito a exigé deux renforts lors de son arrivée. Tout d’abord la mobylette Jordi Alba qui fait plus que compenser l’absence d’Eric Abidal (déjà 3 buts cette saison). Véritable ailier, il permet d’équilibrer le jeu du barça en étant le pendant d’un Dani Alves à court de forme. La seconde recrue n’est autre que Alexander Song , habitué à jouer en sentinelle devant la défense, il soulage surtout Vilanova par sa polyvalence ( Axe central – Milieu defensif – Relayeur) . Avec beaucoup de blessés en ce début d’année ( Piqué – Puyol – Alves – Abidal- Muniesa …) la défense est souvent mise à rude épreuve, et la montée en puissance de jeune comme Montoya ou Bartra est une bonne nouvelle pour Tito qui peut se permettre de laisser récupérer pleinement ses cadres.

Autre maillon essentiel et emblème du barca, c’est Xavi.
Toujours en délicatesse avec ses tendons d’Achilles, il est préservé au maximum et peut regarder sereinement son compatriote Cesc Fabregas faire l’un des meilleurs débuts de saison de sa carrière (meilleur passeur de la liga avec 7 passes décisives). Mais là ou le turnover est le plus fréquent ça reste bien en attaque, avec le retour du GRAND David Villa, le barça retrouve une diversité dans ses attaques et du poids sur son banc de touche. Du coté droit, il reste toutefois difficile de déloger un Pedro en pleine bourre et toujours très efficace, ce sont donc Alexis Sanchez et Tello qui en font les frais pour le moment. Malgré cela ils disposent tout de même d’un temps de jeu raisonnable aux vues de l’accumulation des matchs.



Les défis de TITO :

Parfaitement lancés en LDC et en LIGA, les blaugranas sont cependant confrontés à un gros souci en défense avec ces nombreuses absences et le rendement moyen de Victor Valdes. Le bilan défensif de ce début de championnat est sans équivoque, c’est le moins bon sur les 8 dernières années.

La tito team est très friable en contre attaque, et est souvent confronté à des problèmes d’alignements des plus basiques. En frisant plusieurs fois la correctionnelle en Liga, Tito se doit de trouver au plus vite un équilibre notamment en défense centrale. Le retour programmé de Piqué lors du match de ligue des champions ce Mardi à Glasgow doit surement soulagé l’entraineur catalan en attendant celui du roc Carles Puyol…

La gestion du cas David Villa. De retour en pleine forme suite à sa grave blessure, il doit subir la concurrence du chilien Alexis Sanchez… Même si El GUAJE semble avoir pris une longueur d’avance, les appels du pied incessant des cadors européens pourraient lui donner envie d’ailleurs en cas de temps de jeu insuffisant.

Pour reconquérir la Liga et la ligue des champions, il sera également nécessaire de prendre soin des maestros
Que ça soit Xavi ou Iniesta, ce sont les maillons forts du milieu de terrain et garants de la philosophie de jeu du Barca. Ce sont eux qui seront indispensables à l’orée du printemps et la venue des grandes joutes Européennes ainsi que la dernière ligne droite de la LIGA. Si ces deux joueurs ne se blessent pas et que le duo Fabregas- Messi continue sur sa lancée nul doute que Tito Vilanova pourrait bien vite suivre l’itinéraire de son ami d’enfance Pep Guardiola…

N’en déplaise à un certain José Mourihno, Tito Vilanova a bien plus de caractère qu’il ne le laisse transparaitre et semble être fin prêt à relever un défi de taille : faire perdurer l’histoire catalane sur le toit du football mondial…




Riad Chajiddine