Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


En plein dans le mille


Ce mardi, Manchester United accueille le Real Madrid dans un match qui rentrera probablement dans la légende du club mancunien, même en cas d’élimination. En effet, l’éternel Ryan Giggs (39 ans) devrait disputer le 1000ème match de sa carrière passée entre United et le Pays de Galles. Une longévité aussi impressionnante que son palmarès et ses performances. Le meilleur, c’est que ce n’est pas encore fini puisque le bientôt quadragénaire a prolongé son contrat avec les red devils d’une saison ! Ryan Giggs never die !


Déjà 22 ans de carrière !

En plein dans le mille
Né à Cardiff le 29 novembre 1973, Giggs effectuera ses premiers pays au Pays de Galles avant de rejoindre très vite le voisin anglais au début des années 1980. Il vivra mal ce changement mais très vite, ses qualités de footballeur seront remarquées. En 1985, il intègre le centre de formation de Manchester…City ! Mais deux ans plus tard, il va quitter les citizen pour rejoindre le voisin honni, Manchester United. En effet, le nouveau coach des red devils, un certain Alex Ferguson, a repéré le talent du joueur et l’a convaincu de rejoindre Old Trafford. Depuis, ces deux-là ne se quittent plus. L’écossais est celui qui va lancer, faire grandir et murir Ryan Giggs. En 1990, alors qu’il n’a pas encore 17 ans, l’ancien manager d’Aberdeen fait signer son premier contrat professionnel à son petit protégé. En fin de saison, il effectuera ses grands débuts lors d’une rencontre face à Everton, le 2 mars 1991, il y a 22 ans, presque jour pour jour. A l’époque, la Premier League n’existe pas encore, Liverpool est le club le plus titré d’Angleterre, Bernard Tapie est encore président de l’OM et Phil jones n’est pas encore né. Autant dire, ça remonte ! Préservé par son coach-il n’a que 17 ans-le gallois va tout de même disputer un deuxième match cette saison là. Lors du derby face à Manchester City en fin de saison, il inscrit son premier but en pro. Un but resté dans la légende autant pour le geste que pour l’épaisse touffe de poil que l’on a pu découvrir sur son torse et son abdomen lorsqu’il sortit son maillot. Des débuts prometteurs qui vont en faire rapidement l’un des éléments essentiels du Man United de Ferguson. Et cela, depuis 22 ans.

Un palmarès et une aura monumentale

De plus, lorsqu’il débute, les red devils sont loins d’être la machine à gagner que l’on connait aujourd’hui. Alex Ferguson tâtonne et n’arrive toujours pas à remporter le moindre titre, à part une petite coupe d’Angleterre. Ryan Giggs va arriver et s’imposer au meilleur moment puisque durant la saison 1991-1992, alors qu’il n’a que 18 ans, il va disputer 51 rencontres et obtenir ses premières sélections en équipe nationale galloise. Depuis, le gallois a disputé au moins 30 rencontres dans chaque saison qu’il a disputé et a été l’un des éléments de base des succès de United. Avec l’arrivée de Cantona en 1992, le club change de dimension et les jeunes tels que Giggs ou encore Scholes, les frères Neville ou Beckham un peu plus tard vont acquérir la culture de la gagne aux côtés du français. Et quand on regarde le palmarès du gallois aujourd’hui, c’est tout simplement exceptionnel : 12 Premier League, 4 FA Cup, 4 Coupes de la League, 8 Community Shield, 2 Ligue des Champions… Bref, le plus beau palmarès du football britannique quoi.
A chaque fois, il a pris une part prépondérante dans ces succès. Il est devenu le fils spirituel de Ferguson et un relais privilégié. A travers le gallois, le coach écossais est présent sur le terrain. Evidemment, niveau caractère le gallois est beaucoup plus calme que le bouillant écossais, mais ses paroles retranscrivent les pensées de Sir Alex et en font un leader naturel respecté par tous ses coéquipiers. Et puis, ses statistiques parlent pour lui. Avec 168 buts inscrits et surtout 931 matchs disputés (!) sous la tunique rouge, Giggs est Manchester United. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les fans du club mancunien l’ont élu meilleur joueur de l’histoire devant d’autres légendes comme Eric « The King » Cantona ou Sir Bobby Charlton.

Un exemple pour tous les footballeurs

Pour tenir autant de temps à un poste de milieu de terrain qui demande beaucoup d’efforts, il faut avoir une certaine intelligence et ses petits secrets. Et l’intelligence, le gallois l’a. Lui qui a évolué toute sa carrière sur son aile gauche où ses dribbles et sa vitesse ont régalé Old Trafford, il a bien vu qu’à plus de 35 ans, il était beaucoup moins efficace qu’à 20 ans. C’est ainsi avec la bénédiction de Sir Alex Ferguson que le gallois évolue depuis plusieurs saisons à un poste de milieu relayeur devant la défense. Sa qualité de passe et son intelligence de jeu font des miracles. Aujourd’hui, cela en fait toujours un joueur d’une extrême importance dans les grands matchs où son expérience est un gage d’assurance pour ses jeunes coéquipiers. Une reconversion à la David Beckham mais, malgré tout le respect que l’on peut avoir pour le spice boy, beaucoup plus efficace pour le gallois malgré le fait qu’il ait deux ans de plus. La différence se fait certainement en dehors du terrain.
Tous ceux qui sont passés à Manchester United le disent en chœur, Ryan Giggs est l’exemple à suivre pour tout bon footballeur. Son hygiène de vie est exemplaire et il fait attention aux moindres détails. Mais en plus de cela, le gallois est un fervent pratiquant du yoga. Une chose qui pourrait être anecdotique mais qui est loin de l’être puisqu’en 22 ans de carrière, le gallois n’a jamais perdu ses nerfs sur le terrain et surtout, n’a jamais connu de blessures très graves. C’est la clé de la longévité. L’année prochaine, Ryan sera encore là, à 40 ans. Est-ce que ce sera sa dernière saison ? Peut-être mais ça fait tellement longtemps que l’on entend ça, il faut s’attendre à tout avec Giggs. En tout cas, ce qui est sur, c’est que le gallois est loin d’en avoir fini, même après avoir disputé son millième match ce soir face au Real dans le théâtre des rêves. L’endroit parfait pour accueillir la millième représentation de l’une des dernières légendes vivantes en activité.

Le-Sport-Et-Moi

Par Maxime Caze

Max Caze