Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Diaby Abou


1,91 m - Milieu de terrain à Arsenal - International français


Peut-être un petit préambule pour préciser qu’il s’agit bien du portrait d’Abou Diaby et non pas d’Abou Dhabi. Le premier nommé est un footballeur français évoluant à Arsenal et le second est le plus grand émirat des Émirats arabes unis. Je ne te cache pas que ça m’agace d’être obligé de faire ce genre de précision car, enfin, je n’ai aucune raison objective de faire le portrait d’un pays dans une rubrique qui a vocation à tirer le portrait de footballeurs. Il y a des fois où je me demande où tu as la tête.

La petite maison dans la prairie

Donc, après avoir fait ses gammes à l'INF Clairefontaine, l’ami Diaby débute à l’AJ Auxerre lors de la saison 2004-2005. Sa carrière prend toute sa dimension lorsqu’il est transféré à Arsenal. On loue rapidement les qualités de ce milieu relayeur qui allie, avec grâce, des aptitudes défensives et offensives. Elégant, puissant et technique, on le présente comme un grand espoir du football français. En 2007, ses performances lui ouvrent grandes les portes de l’équipe de France dont il devient naturellement un cadre incontournable. Ce portrait quasi idyllique qui respire le bonheur et la félicité pourrait nourrir le scénario d’un épisode de « La petite maison dans la prairie ». Ainsi, le bonheur existerait et Diaby l’incarnerait.

Diaby est au football ce que Fiat est à l’automobile

Seulement voilà, depuis qu’il est professionnel notre Abou accumule les pépins physiques à répétition : élongations, déchirures et lésions musculaires en tout genre. Ce grand garçon a les os en cristal, les ligaments en biscotte et les muscles en papier cul (cette dernière comparaison n’est guère glorieuse, elle donne à ce portrait un caractère grivois et je compte sur toi pour signifier ta désapprobation au courrier des lecteurs de Foutebol.com. Pour exemple, en 2011, notre souffreteux ne joue que 20 matchs toutes compétitions confondues. Diaby est lâché par son corps. Il craque de partout, se déchire aux entournures, se délite, se désagrège, se décompose. Son corps l’abandonne. Bye bye the Abou's body. Cet infortuné footballeur (Ndlr : à 3,5M€/an) justifie, à lui seul, l’existence du copieux staff médical d’Arsenal. Ce n’est pas mon genre de tirer sur une ambulance mais il faut reconnaître que Diaby est au football ce que Fiat est à l’automobile.

Même si c’est laid de s’amuser du malheur d’autrui, je te propose une petite adaptation de l’énigme du Sphinx* : « Qu’est-ce qui marche à quatre pattes le matin, à trois pattes le midi et à trois pattes le soir ? ». Réponse : Abou Diaby qui au matin de sa vie se déplace à quatre pattes, qui au midi de sa vie marche sur une jambe et deux béquilles et qui au soir de sa vie chemine sur trois pattes s'aidant d'une canne,.

*Lorsqu'il arrive à Thèbes, Œdipe se trouve confronté au Sphinx qui assiège la ville. Ce dernier lui pose une énigme : « Qu’est-ce qui marche à quatre pattes le matin, à deux le midi et à trois le soir ? » Œdipe répond juste : « c’est l’Homme qui au matin de sa vie se déplace à quatre pattes, qui au midi de sa vie marche avec ses deux jambes et qui au soir de sa vie s'aide d'une canne, marchant ainsi sur trois pattes ». Les habitants, pour le remercier d’avoir débarrassé le pays du Sphinx, en font le roi de Thèbes et lui donnent la main de la reine qui est veuve. (Wikipédia)