Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Début des hostilités de l'Euro pour Plasil et Obraniak



L’euro 2012 commence aujourd’hui en Pologne. Ludovic Obraniak et Jaroslav Plasil débutent la compétition avec leurs sélections respectives. La Pologne, en tant qu’hôte aura à cœur, de bien figurer face à leur public. Tandis que la République Tchèque voudra jouer sa chance à fond. Décryptage des deux sélections où deux bordelais figurent.

Début des hostilités de l'Euro pour Plasil et Obraniak
Obraniak l’hôte polonais

Le match d’ouverture opposera la sélection polonaise d’Obraniak à la Grèce, championne de la compétition en 2004, à 18h. Le bordelais fut naturalisé il y a deux ans. Le milieu de terrain voudra faire bonne figure face à son public. L’hôte de la compétition jouera sa chance à fond puisqu’il joue dans un groupe particulièrement ouvert (ndlr : La Grèce, la Russie, la République Tchèque font partie de ce groupe). Pour le joueur, l’envie est là. Jouer sa première compétition internationale sera un moment particulier : « on rêve tous, gamin, de disputer une compétition internationale, un moment rare dans une carrière ». Le gaucher franco-polonais sait que la première rencontre aura son importance pour la suite de la compétition. L’objectif est clairement la victoire : « gagner le match d'ouverture contre la Grèce est primordial pour la suite de la compétition ». Selon Obraniak, une non-qualification pour les quarts de finale serait jugé anormale voire une honte : « C'est la poule la plus ouverte. Par rapport à la qualité des équipes qui composent le plateau d'un Euro, c'est maintenant ou jamais. Les supporters le vivraient comme un affront si on ne se qualifiait pas ».


Plasil, le tchèque favori de la poule

Le tchèque a la même envie que son co-équipier bordelais : se qualifier pour la suite de la compétition. Arrivé en sélection en 2004 après une épopée monégasque en ligue des champions remarquable, le bordelais a quasiment tout connu avec la République Tchèque. Cette dernière a réalisé une très bonne poule de qualification de l’Euro. Elle avait fini deuxième de sa poule où l’Espagne, grandissime favori à sa succession, terminait premier. La sélection tchèque était donc passée par les barrages contre une équipe du Monténégro en manque d’individualités. Pour le capitaine bordelais, l’euro a une perspective excitante : « L’Euro, c’est l’équivalent d’une Coupe du monde, un niveau supérieur à la Ligue des champions », explique-t-il. Souvent comparer à Pavel Nedved pour le poste qu’il occupe et une coupe de cheveux similaire, Jaroslav Plasil sait qu’il a un statut de leader, d’exemple et qu’il doit encadrer les jeunes de la sélection : « Je commence à avoir pas mal de matches derrière moi, je vais essayer d’encadrer les jeunes, peu connus, mais pétris de talent. Leur apporter mon expérience », admet-il.

Finalement, les deux bordelais auront à cœur de bien figurer dans cet euro polo-ukrainien. L’un, face à son public, ne veut pas décevoir et l’autre voudra continuer l’aventure. Deux joueurs qui auront, sans doute, à jouer leur destin l’un contre l’autre lors du dernier match puisque les deux bordelais s’affronteront. Les deux joueurs bordelais ouvriront le bal aujourd’hui d’un Euro sans doute très alléchant.

Florian Sabathier