Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Cristiano Ronaldo a rendez-vous avec l’histoire


On le définit souvent comme un joueur arrogant, suffisant, pleurnichard… Or qu’on le veuille ou non, CR7 est avant tout un monstre physique, doté d’une vitesse de pointe et d’exécution hors normes, une détente digne d’un basketteur, et d’une adresse exceptionnelle devant le but… Mais ne nous trompons pas, la plus grande force de Cristiano Ronaldo dos Santos Aveiro c’est avant tout un mental à toute épreuve… ou presque !


Cristiano est un beau gosse, pétri de talent, richissime, mais son plus grand malheur est d’évoluer à la même époque que le Messi argentin… En effet, le Portugais adepte de la gomina, aurait marqué de son empreinte aisément n’importe quelle époque s'il n’avait pas eu à être comparé sans cesse à ce rival venu d’une autre planète qu’est Lionel Messi.
Son record de buts l’an dernier en Liga (41) ne lui a même pas assuré un deuxième ballon d'or malgré toute son abnégation, on entendait continuellement « Crisitano n’est jamais présent lors des grands matchs »… Certes il a pris l’habitude lors des saisons précédentes de marquer le plus souvent contre des équipes dites « faibles » et d'être aux abonnés absents lors des grandes rencontres, or cette année la donne a changé !


Cristiano confirme, et assume !

Mis en confiance par son compatriote Mourihno au Real de Madrid , Cristiano a réalisé une année presque parfaite en décrochant la Liga aux dépens de la machine barcelonaise, et en échouant en demi finale de la LDC ( et en manquant son tir au but) malgré son doublé supersonique au match retour contre le bayern munich.

Touché psychologiquement ? Pas du tout ! Le phénomène portugais semble se nourrir des critiques à son encontre pour revenir encore plus fort. Là où tout le monde lui prédisait un retour anticipé à Lisbonne avec son équipe nationale, CR7 assume son statut de capitaine et de joueur 5 étoiles. Il percute, passe, frappe, et bien évidemment marque : 1 doublé contre les Bataves dans un match décisif pour la qualification, puis un superbe but de la tête après avoir touché 2 fois les montants contre la République Tchèque.


Le ballon d’or en ligne de mire

Inutile de dire que pour un joueur de cette trempe et surtout avec ce caractère égocentrique, le gain de la plus belle récompense individuelle au monde est un objectif. Cela tombe bien, car il aura l’occasion dès ce soir de faire d’une pierre deux coups :

-Démontrer à la planète entière qu’il est un talent hors du commun et qu’il peut porter son équipe nationale vers les sommets (à l’instar de Messi, chose qu’on lui a souvent reproché) en battant le voisin ibérique.

- Se rapprocher un peu plus de son deuxième ballon d’or, après celui obtenu lors de son épopée mancunienne en 2008. Mais là aussi il faudra pour cela, envoyer les Lusitaniens disputer leur deuxième finale d'Euro après celle perdue en 2004.


Tous les regards seront rivés ce soir vers la magnifique Donbass Arena de Donetsk pour ce derby ibérique explosif, avec une interrogation persistante : qui peut empêcher le natif de Madère au sommet de son art d’atteindre le graal ? Pour ma part je miserai sur le duo suivant : San Iker / Don Andrès..

Riad Chajiddine