Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Copa America : Le Pérou en bronze


La Blanquirroja de Sergio Markarian s'est finalement imposée dans les derniers instants du match, parvenant ainsi à se hisser sur la dernière marche du podium.


Equipe nationale du Pérou - Wikimedia Commons
Equipe nationale du Pérou - Wikimedia Commons
Généralement, le match pour la 3ème place, la petite finale comme on dit, ça n'intéresse pas grand monde. Les sélectionneurs en profitent généralement pour donner du temps de jeu à tout le monde, histoire de satisfaire les égos surdimensionnés de certains. Hier soir rien de tout ça. Les deux équipes, toutes deux promises à une élimination rapide dans le tournoi, ont joué crânement leur chance, trop contente d'être déjà parvenues à se hisser jusque là...

William Chiroque juste avant la pause

C'est pour te dire que la 3ème place pour ces deux pays avait une valeur autre qu'honorifique. C'est sûrement pour ça que la rencontre démarrait timidement. Pas d'espaces, beaucoup de duels...Jusqu'à ce que l'attaquant de poche William Chiroque (1,65m) ne surgisse et n'ouvre la marque juste avant la pause (42'). Un coup derrière la tête de Vénézuéliens qui avaient fait jeu égal jusque là. Comment allait réagir La Vinotinto de César Farías ? C'est la question que tout un peuple se posait au retour des vestiaires.

Double sanction

Le problème dans tout ça, c'est que l'expulsion prématurée de Rincon à l'heure de jeu (59'), allait gravement compliquer la tâche des Vénézuéliens. Surtout quand six minutes plus tard, Paolo Guerrero, rompu aux dures joutes de la Bundesliga, y allait du premier but de son futur triplé, pour doubler la mise (65') ! Dur, très dur de surmonter ce double handicap. Et pourtant, en infériorité numérique, La Vinotinto parvenait à réduire la marque par l'intermédiaire de Juan Arango (79'). A dix minutes de la fin, tout restait possible. Mais à se découvrir en lâchant toutes leurs forces dans la bataille, ce qui devait arriver arriva. Ce diable de Paolo Guerrero ajoutait deux nouvelles unités dans les tous derniers instants (90', 90+3), pour parachever un succès mérité...mais acquis sur un score trop lourd.