Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Copa America : L'Argentine qualifiée


C'était quand même le minimum, pour un pays hôte de la compétition et encore sous le choc de la relégation du mythe River Plate...



J'dois bien t'aimer ami lecteur, pour me lever à 2H30 du mat' dans l'unique but (naaan j'déconne, j"aime le foot quand même) de pouvoir te raconter ce qui s'est passé dans la nuit argentine. Merci quand même à Omar Da Fonseca, dont les commentaires chantants et toujours judicieux, maintiendraient un narcoleptique en éveil. Putain que c'est bon d'entendre un commentateur qui connaît le foot ! Et ben écoute, j'ai enfin vu une Albiceleste jouer au foot, dominer son sujet, se créer un paquet d'occases, marquer et gagner ! C'est quand même pas rien, même si on s'doutait quand même qu'elle allait finir par se réveiller. Bon, c'est vrai, elle n'a pas rencontré la Colombie, le Chili ou même le Brésil. La jeune équipe costaricienne a fait ce qu'elle a pu, c'est à dire pas grand chose. Regroupée à neuf derrière, elle a misé sur les contres, qu'elle n'a jamais pu amorcer, trop privée de ballon qu'elle a été.

Changement tactique

Pour parvenir à ses fins, le sélectionneur Sergio Batista avait prévenu et avait sa petite idée en tête. Mettre Lionel Messi, sous le feu des critiques, dans les meilleures conditions pour exprimer son talent. Il a donc aligné une composition en 4-2-3-1. Défense inchangée, deux milieux récupérateurs, un solide (Maschérano) et un technique (Gago), Yoyo dans l'axe en soutien d'une seule pointe (Higuain), un droitier à droite (Aguéro), et un gaucher à gauche (Di Maria). Bien vu ! Car là on a vu un Messi plus libéré redevenir le chef d'orchestre et perforateur de défense qu'il est, sachant distiller la passe dé au bon moment.

Aguéro montre la voie

Même s'il a fallu patienter presque une mi-temps pour voir les Argentins ouvrir logiquement la marque par Aguéro (45e), les occasions furent nombreuses. Beaucoup plus en tous cas que lors des deux précédentes rencontres. Alors quand au retour des vestiaires le gendre de Maradona eut la bonne idée de doubler la mise (en deux temps), la messe était quasiment dite (53e). Higuain se verra refuser un pénalty (60e), une tête de Messi (signalé hors-jeu) en arrière sera claquée par un félin Moreira (76e), après que Di Maria mis sur orbite par Messi n'ait ajouté un troisième but (64e). Il était temps pour Batista de répondre favorablement à la supplique des supporters, réclamant l'entrée en jeu de l'enfant du pays, Javier "El Flaco" Pastore. Le coach procédera encore à deux changements, tous dans le secteur offensif. Un signe fort de Batista envers Messi, qui aura été l'unique attaquant à disputer l'intégralité de la rencontre...