Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Comment vit le football sur les terrains du Top 14 ?


Comment un club de foot vit dans une ville où l'élite sportive est incarnée par une équipe de rugby du Top 14 ? Avec difficulté mais ambition et envie si l'on en croit les acteurs du foot en terre ovale.


Foutebol - © Eric Isselée - Fotolia.com
Foutebol - © Eric Isselée - Fotolia.com
Castres, Toulon, Perpignan et Brive. Quatre villes qui évoquent un sport : le rugby. A la différence de Toulouse, Montpellier, Lyon ou Bordeaux, où le ballon rond arrive à se faire sa place sous les poteaux ; dans ces quatre cités, le football ne jouit pas de son statut hégémonique.

"A Brive, il faut être maso pour diriger un club de foot !"

Briller en foot quand le rugby illumine sa ville depuis des générations est bien compliqué. Pour autant, le football reste le premier vecteur en terme de popularité et d'intégration. « A Brive, explique le président Yves Reiner, il faut être maso pour diriger un club de foot ! Nous disposions la saison dernière d'un des plus faibles budgets de CFA2 de France, pour repartir cette année en DH avec d'aussi faibles moyens. Subventions publiques comme privées sont attribuées au rugby qui nous cannibalise. Notre moyenne de spectateurs n'excède pas les 200 personnes. Mais nous pouvons nous féliciter de notre école de foot avec ses 250 licenciés. »

"700 spectateurs ont assisté au dernier match de nos U17 contre l'OM"

Même son de cloche chez le cadre technique régional du Languedoc Roussillon, Jean-Louis Prat. «La difficulté à Perpignan est accentuée par le fait que nous luttons à la fois contre l'USAP et les Dragons Catalans du jeu à 13, qui disputent un championnat avec les Anglais. Comme déjà notre département dispose d'un tissu économique très faible, et que les politiques ont plutôt un passé "rugby", imaginez les difficultés qu'on rencontre. A cela il faut ajouter les guéguerres de clocher des deux clubs de DH perpignanais, qui perturbent encore un peu plus le climat. Et pourtant, sans projet sportif cohérent, 700 spectateurs ont assisté au dernier match de nos U17 contre l'OM ! Du jamais vu. » Yves Reiner rejoint sur ce fait son homologue : « A Brive, le stade Amédée-Domenech a fait le plein trois fois. Une fois pour le rugby contre Toulouse, et deux fois pour le foot en coupe de France contre Auxerre et le PSG(*) ! »

(*)
Le 10 février 2004 1/8ème de finale de coupe de France de football entre l'ESA Brive et l’AJ Auxerre, tenant du titre (victoire de Brive 1-0)
Le 16 mars 2004 : 1/4 de finale de coupe de France de football entre l'ESA Brive et le PSG (victoire 2-1 de Paris)

"C'est une hérésie que la 10e ville française ne dispose pas d'un club de foot en championnat national"

Les idées ne manquent ainsi pas dans les têtes rondes comme le ballon qui les guide. A Toulon, le nouveau président Jacques Jayet a décidé de mettre les moyens pour faire retrouver son lustre d'antan au Sporting. 1,3 millions d'euros de budget pour un club de DH ! «Le football ne dispose pas des mêmes armes pour attirer les sponsors. La convivialité d'une 3e mi-temps aura toujours une connotation ovale. Avec notre financier Claude Joye, nous avons déjà rencontré les présidents des clubs de hand et de basket, et comptons également nous entretenir très vite avec Mourad Boudjellal (NDLR, président du club de rugby). C'est une hérésie que la 10e ville française ne dispose pas d'un club de foot en championnat national. » Objectif avoué dans les sept ans. « L'idéal serait de mettre une tête pensante issue du rugby, à la tête d'un club de foot. J'avais déjà essayé de recruter un « chasseur commercial » ovalien pour attirer des partenaires. Sans suite... », estime David Welferinger, qui vient de rompre son contrat d'entraîneur avec le Castres FC pensionnaire du championnat de DH, par manque de moyens pour mettre son projet sportif en place.

LE POUVOIR POLITIQUE
S'ils sont plusieurs a regretter que les politiques soient plutôt "rugby", Claude Jayet salue le dynamisme apporté par la municipalité. « Nous avons la chance d'avoir un maire qui adore le sport et qui nous encourage. Il est présent dans tous les organismes. Il y a un réel potentiel football ici. Dans les rues, c'est un ballon rond qui roule. » « Il existe un problème lié aux mentalités », poursuit David Werfelinger. « Et là le football reste en retard. Il faut arriver à changer les comportements. La nouvelle politique fédérale abonde en ce sens en exigeant un éducateur diplômé par équipe. Ça n'a pas tout de suite été perçu de la sorte. ». La coexistence des deux sports dans une même ville, reste une difficulté pour les « petits » et ce, également à Clermont, Biarritz et Bayonne à des degrés différents.

Se dirige-t-on pour autant vers la recrudescence de clubs omnisports ? Une solution qui ne serait pas pour déplaire à certains.



Nom du club de foot


Niveau


Agen


SU Agen


CFA2


Bayonne


Aviron Bayonnais


National


Biarritz


JA Biarritz


DSR


Bordeaux


Girondins de Bordeaux


Ligue 1


Brive


ESA Brive


Division d'Honneur


Castres


Castres FC


Division d'Honneur


Clermont


Clermont Foot Auvergne


Ligue 2


Lyon


Olympique Lyonnais


Ligue 1


Montpellier


Montpellier Hérault Sport Club


Ligue 1


Paris


Paris Saint Germain


Ligue 1


Perpignan


Perpignan Canet FC


Division d'Honneur


Toulon


Sporting Toulon Var


Division d'Honneur


Toulouse


Toulouse FC


Ligue 1



A lire également :